« Certains bougonnent, ronchonnent » : Anne Hidalgo peine à convaincre dans son camp

Après la réunion de près de 300 élus socialistes et apparentés autour d’Anne Hidalgo ce lundi 12 juillet à Villeurbanne, le doute est de moins en moins permis sur les intentions présidentielles de la maire de Paris. Pourtant, avant de se lancer dans la course à l’Elysée, il va lui falloir s’imposer au PS.

Anne Hidalgo étoffe de plus en plus son costume de présidentiable. Ce lundi 12 juillet, la maire de Paris revenait sur ses terres rhodaniennes, à l’occasion d’un grand rassemblement d’élus autour d’elle, que ses soutiens préparent depuis plusieurs mois. Ils ont ainsi convié près de 300 élus socialistes ou apparentés, réunis dans son mouvement “Idées en Commun“, lancé à l’automne, à venir échanger. Car Anne Hidalgo ne se précipite pas dans la course à la présidentielle : à Villeurbanne, elle n’a pas officiellement avoué être candidate, et ne le fera pas tout de suite. Selon les mots d’un de ses proches à Politico, le maire PS de Bourg-en-Bresse Jean-François Debat, ce rassemblement constitue plutôt un “pas supplémentaire” dans la démarche de l’hypothétique candidate. L’élu est convaincu de la légitimité de la candidature de la maire de Paris, et veut croire ne pas être le seul au sein du PS, comme il le martèle auprès de Politico : “Personne dans notre famille politique ne peut imaginer que ce soit quelqu’un d’autre qu’elle”. L’élu balaie les doutes et les critiques faites à sa candidate : “Certains bougonnent, ronchonnent un peu, mais personne ne pense réellement qu’une candidature socialiste compatible avec les écolos puisse être portée par d’autres qu’Anne Hidalgo”.

L’Equipe de France des maires

Car il est essentiel pour la maire de Paris de rassembler autour d’elle avant même de se lancer à la poursuite de l’Élysée, et ce, jusque dans son propre camp. C’est la dynamique qu’elle cherche à créer en se constituant une “équipe de France de maires et d’élus locaux, (..) des acteurs de terrain qui ont été relégitimés par les électeurs“, croit savoir Jean-François Debat. Le maire de l’Ain a été crucial dans la formation de cette base, qui devrait travailler dans un second temps à l’élaboration d’un projet présidentiel, car c’est lui qui a lancé les invitations à Villeurbanne. La dynamique se construit petit pas par petit, en commençant par nommer la présidente de la région Occitanie, Carole Delga à la tête de la coordination du mouvement.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet