Alain Finkielkraut part en vrille sur le plateau de Pascal Praud

Une séquence de télévision lunaire ! L’académicien Alain Finkielkraut, 71 ans, était l’invité ce mercredi matin de L’heure des pros sur CNews. Pendant cinq minutes, le philosophe s’est cru hors antenne.

« Je suis très content de recevoir Alain Finkielkraut pour une raison simple : c’est que je vous aime beaucoup, lance Pascal Praud à son invité. J’aime bien vous écouter, mais je ne vous comprends pas toujours. »

« Ben oui, parce que ça vole haut », rétorque Alain Finkielkraut. « Ce n’était pas dans ce sens (…) au contraire, je trouve parfois que cela vole bas », répond le journaliste. « Bon, allez je dégage », réagit le philosophe, faisant mine de vouloir s’en aller. « Restez, restez… Mais parfois, je me demande pourquoi il a dit cela », poursuit le journaliste. « Vous n’allez pas m’emmerder encore sur Olivier Duhamel, mais je veux bien en parler une seconde. Je vais être très général », interrompt Alain Finkielkraut sur un ton très familier.

« Vous pensez que je déconne »

Le journaliste propose à Alain Finkielkraut de réagir à des extraits d’une interview qu’il a accordée au Point et d’éclairer les propos qu’il a tenus dans l’hebdomadaire. Le philosophe acquiesce et lui lance : « Vous ne comprenez pas toujours parce que vous pensez que je déconne. Vous avez Rioufol et vous pensez que je déconne ».

Pascal Praud tient à revenir sur l’éviction d’Alain Finkielkraut de l’antenne de LCI après avoir tenu des propos polémiques concernant l’affaire Olivier Duhamel, accusé d’inceste à l’encontre de son beau-fils. « Je me suis dit : “Pourquoi il dit ça ?”. Dans cette affaire, il n’y a pas de place pour la nuance ! Olivier Duhamel a une relation avec son beau-fils qui est un jeune adolescent. C’est criminel ! C’est horrible », questionne Pascal Praud.

« Ça a commencé ? »

Alain Finkielkraut demande au présentateur de s’arrêter : « Ça va, ça va ! ». « Donc, pourquoi cherchez-vous à nuancer ? », poursuit le journaliste. « Vous allez voir », répond Alain Finkielkraut baissant soudainement la tête avant de s’enfermer de longues secondes dans un silence pesant.

Sans réponse de la part de son invité, Pascal Praud relance : « C’est ça, la question ! ». Un nouveau silence pesant et gênant s’installe. Le présentateur relance : « Monsieur Finkielkraut ? ». « Je vais répondre… Tout de suite, là ? Ça a commencé ? L’émission a commencé ? » questionne le philosophe. « Mais oui, elle a commencé. On est à l’antenne depuis cinq minutes », lui confirme Pascal Praud. L’écrivain se reprend : « Excusez-moi, je ne savais pas que l’émission avait commencé. Je vais vous répondre ». Un moment surréaliste !

Source: Lire L’Article Complet