Une avant-première du “J’accuse” de Roman Polanski suspendue par des féministes

Ce mardi 12 novembre, une quarantaine de militantes féministes sont parvenues à faire annuler la projection en avant-première du film “J’accuse” de Roman Polanski dans un cinéma parisien.

Vendredi dernier, dans un entretien exclusif accordé à nos confrères du Parisien, l’actrice Valentine Monnier révélait avoir été violée par Roman Polanski en 1975, alors qu’elle avait 18 ans. Une nouvelle accusation venant s’ajouter à une liste déjà bien étoffée pour le réalisateur interdit d’exercice dans plusieurs pays. Face à l’inaction de la France, où l’homme de 86 ans continue de tourner, nombreux sont ceux qui ont fait le choix de boycotter son dernier film, “J’accuse”, dont la sortie en salle est prévue pour aujourd’hui.

Hier, alors que plusieurs cinémas projetaient le long-métrage en avant-première, une quarantaine de militantes féministes se sont données rendez-vous devant l’établissement Le Champo, situé dans le 5ème arrondissement de Paris. Muni de pancartes portant le nom des victimes présumées du réalisateur et d’un drap blanc où était inscrit “Polanski violeur, public complice, fin de l’omerta dans le monde du cinéma”, le groupe a interpellé les spectateurs. “Je ne vois pas ce qu’elles veulent dire par rapport au film. Une œuvre, c’est une œuvre, la vie d”un homme c’est la vie d’un homme. Les deux ne se superposent pas”, a confié l’un d’entre eux à nos confrères de France info, rapidement soutenu par un autre, “Je veux voir ce film qui m’intéresse”.



Roman Polanski accusé de viol, il réfute les accusations “avec la plus grande fermeté”

“Pas d’honneur pour les violeurs” Roman Polanski se fait huer à la Cinémathèque

“Je ne suis pas fière d’être femme” Catherine Deneuve soutient Roman Polanski

Appel au boycott des César après la nomination de Roman Polanski comme président poursuivi pour viol depuis 40 ans

Charlotte Lewis : “Je voulais être la maîtresse de Polanski”

Source: Lire L’Article Complet