Emmanuel Macron grimé en Hitler sur des affiches : Le chef de l'État porte plainte

“Esprit libre qui cherche à faire bouger les lignes avec un peu de colle et du papier”, c’est en tout cas de cette manière que l’afficheur se définit. Pour le président de la République, c’est la ligne rouge qu’il a franchie. 

“Dictature”, “État totalitaire”, “Shoah”, “étoile juive”, certains anti-vaccins n’hésitent pas à utiliser des symboles forts pour montrer leur opposition aux mesures sanitaires mises en place par le gouvernement. Si récemment Joseph Szwarc, survivant de la rafle du Vel d’Hiv avait jugé cette comparaison “odieuse”, certains n’ont pas semblé porter attention au fond de son discours. C’est l’afficheur controversé Michel-Ange Flori qui fait parler de lui depuis quelques jours. En effet, depuis 2 semaines, les habitants de Toulon et la Seyne-sur-Mer dans le Var ont pu apercevoir des affiches d’Emmanuel Macron grimé en Hitler avec inscrit :“Obéis, fais-toi vacciner”. Un acte qui n’a pas plu au chef de l’État qui a déposé plainte. On fait le point sur la situation.

Macron grimé en Hitler: l’afficheur seynois convoqué par la police https://t.co/SgLt78AIVn pic.twitter.com/B5BaIL6FND

Selon les informations de France Bleu Provence, Emmanuel Macron a fait appel à un cabinet d’avocats afin de déposer plainte pour “injure publique sur la personne de la République”. C’est aujourd’hui que l’afficheur doit être entendu par les enquêteurs du commissariat de police de Toulon. Sur son profil Facebook, Michel-Ange Flori s’est dit “serein” quant à cette enquête et rajoute : “Ainsi en macronie on peut se moquer du cul du prophète, c’est de la satire, mais caricaturer le président en dictateur c’est un blasphème”. Son avocat, maître Didier Hollet, semble plus prudent : Ça n’est jamais plaisant d’être convoqué par la police, on n’est jamais tranquilles. Cette affiche, c’est excessif et c’est le principe de la caricature. Mais ça n’est pas injurieux”, a-t-il confié à nos confrères de France Bleu. Un acte qui pourrait coûter cher à l’afficheur puisque la peine maximum prévue pour injure publique s’élève à 1 an d’emprisonnement et 45 000 € d’amende…

Source: Lire L’Article Complet