Covid-19 : une immunité "surhumaine" développée par certains patients infectés puis vaccinés

Certains patients infectés par la Covid-19 puis vaccinés développeraient des anticorps particulièrement puissants. Cette immunité qualifiée de “surhumaine” pourrait permettre de lutter contre les variants du Sars-CoV-2, mais aussi contre de futurs virus, selon des chercheurs.

Restez informée

“Immunité pare-balles” ou “immunité surhumaine”. Voici comment est désormais surnommée l’immunité développée par certains patients infectés par la Covid-19 puis vaccinés, comme le rapporte le site de la radio américaine NPR. Shane Crotty, scientifique spécialiste des vaccins et du système immunitaire et professeur à La Jolla Institute for Immunology (Etats-Unis) parle quant à lui d’“immunité hybride”.

Dans un article paru dans la revue Science en juin dernier, il expliquait que plusieurs études ont “constaté que les personnes ayant déjà été infectées par le SARS-CoV-2 présentent des réponses immunitaires exceptionnellement puissantes aux vaccins contre la Covid-19″. Les travaux cités par Shane Crotty démontrent que lorsque “l’immunité naturelle contre le SARS-CoV-2 est combinée à l’immunité générée par le vaccin, une réponse immunitaire plus importante que prévu se produit”, écrivait-il.

For the best summary of the benefits of hybrid immunity, including not just the 25-100 fold antibody response (cf vaccine or natural immunity), but also their breadth of neutralizing capacity, @profshanecrotty has it @ScienceMagazine https://t.co/FwGTSg2GMF pic.twitter.com/LSNpPgmHlI

Immunité : une meilleure protection chez les patients infectés puis vaccinées

L’immunité particulièrement importante des personnes infectées puis vaccinées avait déjà été soulignée par des chercheurs du laboratoire de virologie du CHU de Toulouse en juin dernier. Dans deux études parues dans le Journal of Infection et dans la revue Clinical Infectious Diseases, ils avaient analysé l’évolution des anticorps neutralisants du Sars-CoV-2 chez les patients infectés puis vaccinés, chez ceux ayant contracté la Covid-19 mais n’ayant pas reçu le vaccin et chez les personnes vaccinées n’ayant jamais été touchées par le coronavirus.

Les chercheurs avaient ainsi dressé le constat suivant : “Le taux d’anticorps neutralisants est plus faible chez les personnels infectés en comparaison aux personnes vaccinées avec deux doses de Pfizer. Mais le taux d’anticorps neutralisants des personnes vaccinées est beaucoup plus faible que celui atteint par des personnes précédemment infectées puis vaccinées, qu’elles reçoivent une ou deux doses de vaccin”, pouvait-on lire dans un communiqué.

Les personnes infectées puis vaccinées protégées contre les variants ?

Des virologues de l’Université Rockefeller (Etats-Unis), Theodora Hatziioannou et Paul Bieniasz, ont également travaillé sur la question, notamment dans le cadre de travaux mis en ligne sur le site de pré-publication scientifique bioRxiv en août dernier. Ils ont ainsi découvert que certaines personnes développaient des anticorps capables de neutraliser les six variants testés dans le cadre de leurs recherches, parmi lesquels les variants Delta et Bêta, ainsi que d’autres virus apparentés au SARS-CoV-2, rapporte le site NPR.

Ces patients à l’immunité “surhumaine” sont ceux ayant été infectés par le Sars-CoV-2 et ayant ensuite bénéficié d’un vaccin à ARN messager. “Je pense qu’ils sont dans la meilleure position pour combattre le virus. Les anticorps présents dans le sang de ces personnes peuvent même neutraliser le SARS-CoV-1, le premier coronavirus, apparu il y a 20 ans. Ce virus est très, très différent du SARS-CoV-2”, a indiqué sur NPR Theodora Hatziioannou.

Des anticorps puissants et flexibles

Ces anticorps seraient non seulement puissants, mais aussi flexibles, puisqu’en plus de lutter contre les variants existants du coronavirus, ils seraient aussi efficaces contre de futurs virus. “C’est un peu plus spéculatif, mais je soupçonne également qu’ils auraient un certain degré de protection contre les virus semblables au SARS qui n’ont pas encore infecté les humains”, a expliqué sur NPR Paul Bieniasz.

Paul Bieniasz estime néanmoins que l’expression “immunité surhumaine” “est peut-être un peu exagérée”, a-t-il indiqué sur Twitter. Sur le réseau social, il confirme cependant que “les anticorps d’individus infectés puis vaccinés sont assez impressionnants”.

“Superhuman” might be a bit of an exaggeration, but antibodies from infected-then-vaccinated individuals are quite impressive.https://t.co/Vh9owviJUS

A lire aussi :

⋙ Efficacité du vaccin contre la Covid-19 : 5 nouvelles données rassurantes

⋙ Covid-19 : pourquoi il ne faut pas renoncer à l’immunité collective selon l’Académie de médecine

⋙ Covid-19 : peut-on tester son immunité après avoir été vacciné ?

Source: Lire L’Article Complet