Victor Belmondo, petit-fils adoré et pilier de l'hommage à Jean-Paul Belmondo

Dans la famille, il est celui qui, physiquement, ressemble le plus à son grand-père. Au nom de tous les petits-enfants de Bébel, Victor Belmondo a pris la parole lors de l’hommage national rendu à l’«As des as» dans la cour des Invalides à Paris, ce jeudi 9 septembre. Portrait express.

Ce jeudi 9 septembre, la France fait ses adieux à Jean-Paul Belmondo, décédé lundi 6 septembre à l’âge de 88 ans. Un hommage national lui a été rendu aux Invalides et c’est vers son petit-fils, Victor Belmondo, que tous les yeux se sont tournés. À 27 ans, le jeune homme a assumé la lourde tâche de prendre la parole devant l’assemblée, pour adresser un dernier adieu à celui que la nation surnommait Bébel. «Il est un soleil éternel», a-t-il déclaré devant l’assemblée, accompagné des cinq autres petits-enfants de l’acteur. «Là où il est, je suis sûr qu’il sourit. Comme toujours», a-t’il ajouté. Portrait d’un jeune homme discret, héritier des traits du «Magnifique» mais aussi de son gôut pour le cinéma.

Héritier d’une prestigieuse lignée

Victor Belmondo porte un lourd héritage. En atteste son nom. Son arrière-grand-père, Paul Belmondo, était un sculpteur reconnu et primé, son grand-père, l’acteur Jean-Paul Belmondo, icône du cinéma français, et son père, le pilote automobile et acteur Paul Belmondo. Sa mère, Luana Belmondo, est présentatrice de télévision. Né le 15 décembre 1993, à Paris, il a deux frères, Alessandro (son aîné) et Giacomo (son cadet).

Victor Belmondo lors du 35e Festival du film de Cabourg. (Cabourg, le 11 juin 2021.)

Le clan Belmondo : (devant, de gauche à droite) Stella, Jean-Paul, Alessandro, Luana. (Derrière) Paul, Olivier et son épouse Audrey, Victor et Annabelle, lors la cérémonie des Césars. (Paris, le 24 février 2017.)

Gendre idéal ? Du moins, Victor Belmondo n’hésite pas à enfiler son smoking pour accompagner la fille de brésilienne Ginevra Fontes Williams au Bal des débutantes. (Paris, novembre 2014.)

Le trio Belmondo, du grand-père au petit-fils, lors de la présentation du livre de Luana Belmondo “Mes Recettes Bonne Humeur”. (Paris, le 13 octobre 2016.)

Le jeu dans le sang

Après avoir obtenu un diplôme de scénariste, Victor Belmondo prend des cours de théâtre au Cours Peyran Lacroix du théâtre de la Pépi­nière, l’un des plus réputés de Paris. Il travaille ensuite au poste d’assistant metteur en scène pour la pièce Ghost Light, puis en tant que comédien dans la pièce Les Couteaux dans le dos. En 2015, il rejoint le casting du film La vie très privée de Monsieur Sim aux côtés des célèbres Mathieu Almaric et Jean-Pierre Bacri. En 2017, il enchaîne d’abord avec Cœurs sourds, le court-métrage d’Arnaud Khayadjanian. Il interprète le personnage de Jørgen, l’un des cinq adolescents un peu paumés, abandonnés par les adultes, dont on suit la trajectoire dans une cité-dortoir en plein hiver. Bomber orange et crâne partiellement rasé, il allume une cigarette avec la même désinvolture et le même charisme que son grand-père.

La même année, on le retrouve dans Les Gardiennes, long-métrage de Xavier Beauvois avec Nathalie Baye et Laura Smet. En 2019, il donne la réplique à Thaïs Alessandrin et Sandrine Kiberlain dans le film Mon bébé, réalisé par Lisa Azuelos. L’année d’après il joue le rôle de Thomas dans Envole-moi de Christophe Barratier, aux côtés des acteurs Gérard Lanvin et Yoann Eloundou. À l’époque, le réalisateur souligne la ressemblance du jeune homme avec son grand-père : «Il a la même grâce, ce côté élancé presque élastique, cette attitude apparemment nonchalante.»

En vidéo, la bande-annonce de “Mon bébé”

La veine de Bébel

Les yeux verts, les lèvres charnues, Victor Belmondo a sans conteste une veine de son célèbre grand-père. Mais c’est à travers le cinéma qu’il reconnaît leur ressemblance. «Il peut m’arriver de tomber en arrêt devant un de ses films, de ressentir quelque chose de familier au sens intime du terme. L’espace d’une fraction de seconde, c’est vrai, je peux me voir en lui», confiait-il à Paris Match en 2020.

https://instagram.com/p/CTh8GKdgt7Q

L’amour du septième art en partage, il a toujours pu compter sur le soutien de son aïeul. «Quel que soit le rôle, il me dit : “Bravo, c’est bien, continue”», racontait-il encore à nos confrères. Il se montre toujours positif, encourageant.» Très proches, ils déjeunaient ensemble au moins une fois par semaine. Au lendemain du décès de Jean-Paul Belmondo, son petit-fils a posté une photo de l’acteur issue du film Échappement libre, sorti en 1964. «Je t’aime et je pense à toi», a-t-il inscrit en légende du cliché en noir et blanc. Des mots d’amour réitérés ce jour dans un dernier adieu.

Source: Lire L’Article Complet