Photos – Béatrice Dalle : ce sex symbol a qui elle a mis un vent !

Ce 4 janvier, tandis que France 5 diffusait le film "37°2", Béatrice Dalle a confié au Parisien les souvenirs qu’elle a gardé du tournage qui l’a révélé au grand public.

En 1986, le film avait réalisé 3,6 millions d’entrées, et avait fait de ses protagonistes, Jean-Hugues Anglade et Béatrice Dalle, des stars de cinéma. Près de 35 ans plus tard, “37°2” est devenu culte et faisait l’objet d’une diffusion, ce 4 janvier sur France 5. L’occasion pour son héroïne de confier quelques secrets de tournage…

Elle a mis un vent à Mickey Rourke !

Dans les colonnes du Parisien, celle qui fut la compagne de JoeyStarr révèle qu’elle a percé grâce à ce rôle. “Très fière” de son statut de bombe sexuelle, après avoir tourné les scènes très chaudes de Jean-Jacques Beineix, elle a intégré le monde du cinéma. Et elle a fait la connaissance d’autres sex symbol. A nos confrères, la brune raconte que le producteur Harvey Weinstein lui a présenté Mickey Rourke.

Aujourd’hui gueule cassée du cinéma américain, il fut en son temps le partenaire de Kim Basinger dans le très chaud “9 semaines et demi”. Ami intime de Johnny Hallyday, Mickey Rourke a également joué dans “L’année du dragon”, au moment où Béatrice Dalle commençait sa carrière. Et à propos de lui, Béatrice Dalle assume : “quand Harvey Weinstein me l’a présenté, Mickey a tenté sa chance avec moi : les gars ont vu que je ne bougeais pas une oreille, alors ils se sont dit ‘Avec elle, c’est pas la peine !'”

A l’époque, comme aujourd’hui, l’actrice assure qu’elle a toujours “décidé de ce qu’elle faisait de son corps”. Elle raconte d’ailleurs : “Quand il y a eu le mouvement #MeToo, on m’a demandé si j’avais eu des mauvaises expériences : je n’en ai jamais eu (…) Je ne mange pas de ce pain-là. Le maître-mot de ma vie est la dignité”.

“Il n’y a pas de scène (de sexe) gratuite” dans 37°2″

Et il en fallait pour tourner la scène de sexe d’ouverture de “37°2” qui a marqué les esprits. A propos du tournage, Béatrice Dalle se souvient d’ailleurs : “C’était horrible. On ne m’avait pas prévenue que toute l’équipe serait sur le plateau. Il fallait faire des gros plans, alors on devait refaire des prises chacun de son côté, Jean-Hugues et moi”.

La peine fut double pour la star qui eu également affaire au regard de sa famille, lors de la première projection du film… Elle révèle : “ma mère était derrière moi : je viens d’une famille religieuse, catholique, alors je me suis fondue sous le siège”. Et de conclure, toutefois : “Mais je suis fière du film : il n’y a pas de scène gratuite”.

Source: Lire L’Article Complet