Le sombre destin de Marie-André Leclerc, la compagne du tueur en série qu'on appelait le "Serpent"

Inspirée de faits réels, la mini-série Le Serpent, disponible sur Netflix, retrace l’itinéraire meurtrier du français Charles Sobhraj et de sa compagne canadienne, Marie-Andrée Leclerc, incarnés à l’écran par Tahar Rahim et Jenna Coleman.

Compagne du tueur en série Charles Sobhraj, dont elle a partagé l’itinéraire meurtrier en Asie entre 1975 et 1976, l’histoire de Marie-Andrée Leclerc reste une énigme. Était-elle une fiancée manipulée ou une complice qui fermait les yeux sur la vérité, telle que la dépeint la série Le Serpent, à voir sur Netflix (1) ? Entre fascination et emprise psychologique, comment une secrétaire médicale sans histoires est-elle devenue la partenaire d’un serial killer, surnommé «le Serpent» par la presse des années 1970? Séducteur, escroc, roi de la cavale et expert en poisons, ce dernier aurait tué au moins une douzaine de routards occidentaux durant son périple asiatique.

Une trentenaire timide et solitaire

Née en 1945 près de Québec, Marie-Andrée Leclerc n’a jamais quitté son pays avant d’aller en Inde, où elle croise le chemin de Charles, qui se fait passer pour un photographe. Trentenaire timide et solitaire, elle voyage avec son ex-petit ami et tombe sous le charme du mystérieux métis français d’origine indo-vietnamienne. De retour au Canada, elle entretient une correspondance avec le bel aventurier, qui lui demande de le rejoindre en Thaïlande. Amoureuse et en quête d’exotisme, la jeune femme cède et s’envole vers l’Asie, où elle emménage avec lui dans un appartement, à Bangkok.

Jenna Coleman et Tahar Rahim, dans “le Serpent”

Une vie chic et bohême

Mais le séjour se transforme en cauchemar. Alors que le couple savoure un week-end en amoureux au bord de la mer, Charles demande à sa petite amie d’aborder un couple d’Australiens, en se présentant sous le prénom de Monique. Lui choisit de se faire appeler Alain. Les quatre se retrouvent pour un dîner, durant lequel «Alain» drogue les touristes australiens avant de les dépouiller. Ce mode opératoire deviendra la signature du Serpent. Marie-Andrée, qui ignore encore le passé d’escroc de son compagnon, se retrouve embarquée par ce dernier, qui la retient en lui promettant de faire fortune.

Tels Bonnie and Clyde, le couple embrasse une vie chic et bohême dans laquelle Marie-Andrée devient Monique, l’épouse d’Alain Gautier, qui se présente comme négociant en pierres précieuses. Avec Ajay, son homme de main indien et rabatteur de jeunes proies en quête de Nirvana, le «Serpent» charme ses victimes, les invite chez lui et sa compagne, les empoisonne puis les détrousse… Et dans certains cas, les fait disparaître. Après avoir saisi et falsifié les passeports des victimes, il encaisse l’argent des chèques de voyage, avec lesquels il achète des pierres précieuses.

Thaïlande, Népal, Inde, le trio sillonne l’Asie et enchaîne les vols et les crimes le long de ce qu’on appelait alors le «Hippie Trail» (itinéraire des hippies dans les années 1970). Rien ne semble pouvoir arrêter la folie criminelle de Charles Sobhraj, jusqu’à la rencontre d’un couple de Néerlandais dont la famille signale la disparition à l’ambassade. D’abord ignorée, la demande tombe entre les mains d’un jeune diplomate très scrupuleux – Herman Knippenberg – qui va se lancer dans une minutieuse enquête en solitaire. C’est d’ailleurs à cet aspect de l’histoire que s’intéresse notamment la série, avec Tahar Rahim et Jenna Coleman dans les rôles du couple criminel.

Charles Sobhraj, Bhaktapur, Népal, 12 juin 2014.

À la merci de son compagnon ?

Suspecté du meurtre d’une routarde américaine dont le corps est retrouvé sur une plage, Charles Sobhraj est recherché par Interpol. Le couple est finalement arrêté à New Delhi en 1976 et condamné à 12 ans de prison. Lors de sa détention, la jeune femme découvre qu’elle est atteinte d’un cancer de l’utérus. La Cour suprême indienne l’autorise alors à revenir temporairement au Canada pour se faire soigner. De retour dans son pays natal, elle publie Je reviens, livre dans lequel elle prétend n’avoir jamais été au courant des meurtres dont est suspecté son ex-compagnon. Se présentant davantage comme une victime, elle explique qu’elle était «à sa merci», qu’il lui aurait dérobé tout son argent et aurait fait en sorte que son passeport soit inutilisable. Elle ajoute également n’avoir jamais été amoureuse de lui.

Dans l’Amérique des années 1930, en pleine Grande Dépression, un certain Clyde Barrow et une dénommée Bonnie Parker braquent ensemble des banques et tuent des policiers sur leur route. Le 23 mai 1934, les deux amants meurent après que la police a tiré 150 balles sur leur véhicule pris en embuscade. Serge Gainsbourg et Brigitte Bardot en feront une chanson mythique, et Arthur Penn un film culte avec Warren Beatty et Faye Dunaway, qui remportera l’oscar du meilleur film en 1968.

Dans les années 1950, Denise Labbé (à gauche) est une mère célibataire qui se saigne pour élever sa fille. Elle rencontre Jacques Algarron (à droite), un jeune étudiant en philosophie, qui la harcèle pour qu’elle sacrifie son enfant en symbole de leur amour extraordinaire. Après plusieurs tentatives de meurtres ratées, Denise Labbé noie sa fille de deux ans dans une lessiveuse. Algarron est aussi reconnu coupable de meurtre.

Ils sont les « Lonely Hearts Killers » (traduire « les tueurs des petites annonces »). Fernandez (troisième en partant de la gauche) est un homme marié (sa femme et ses enfants vivent en Espagne) quand il rencontre Beck (première à gauche). Cette mère célibataire en surpoids à cause d’un dérèglement hormonal a trouvé refuge dans les romans à l’eau de rose. Bientôt, elle abandonne ses enfants et rentre dans les combines de son amant : répondre aux petites annonces de femmes solitaires pour les rencontrer et les voler. Martha se fait passer pour la sœur de Raymond, qui joue au fiancé idéal. La première victime est Janet Fay, 66 ans, tuée par la jalouse Beck alors qu’elle était au lit avec Fernandez. Vient ensuite Delphine Downing, jeune veuve et mère d’une petite fille de deux ans. Beck ne supportait pas les cris de l’enfant. Le couple diabolique finira sur la chaise électrique en 1951, après un procès qui avait fait les choux gras de la presse.

Dans les années 1960, l’affaire des « Meurtres de la lande » secoue la Grande-Bretagne. Ian et Myra assassinent cinq enfants en l’espace de deux ans. Ian, perturbé et violent depuis l’adolescence, est passionné par la torture. Myra a été élevée par deux parents alcooliques et violents. La jeune fille est envoûtée par Ian, qui rêve d’accomplir « le meurtre parfait » et l’initie au nazisme. Après avoir attiré dans sa voiture des enfants en leur demandant de l’aide, Myra les conduit dans la maison que le couple possède dans la lande de Saddleworth. Là, Ian viole et tue les enfants. Condamnée à perpétuité, Myra Hindley est décédée en prison en 2002. Reconnu comme psychopathe, Ian Brady, lui, a déclaré ne jamais vouloir être libéré et demande assistance pour se suicider. Il est le plus vieux prisonnier de Grande-Bretagne.

Marie-Andrée Leclerc décède le 20 avril 1984, à l’âge de 38 ans, emportant avec elle les secrets de son funeste destin. Incarcéré durant 20 ans en Inde, Charles Sobhraj est libéré en 1997. Rattrapé par son passé meurtrier, il est arrêté en 2003 lors d’un séjour au Népal. Condamné pour le meurtre d’une touriste américaine puis pour celui d’un canadien, le Serpent se trouve toujours, aujourd’hui, dans une prison de Katmandou.

(1) À voir sur Netflix.

Source: Lire L’Article Complet