Johnny Hallyday : ce soir où il a décontenancé Jean-Louis Aubert

Dans un entretien que Jean-Louis Aubert nous a accordé, à paraître ce jeudi 14 novembre, le chanteur s’est remémoré une étonnante conversation avec Johnny Hallyday avant de monter sur scène.

Son double album Refuge/ Le Sculpteur de vent (Warner Music) s’ouvre sur un morceau de jeunesse, écrit lorsqu’il avait 19 ans. Entre cette époque avant la formation du groupe Téléphone et les années de succès qui ont suivi avec Louis Bertignac, Corine Marienneau et Richard Kolinka, Jean-Louis Aubert est revenu sur son parcours marqué par de grandes rencontres dans un entretien à paraître dans nos colonnes.

Lorsque l’histoire est en marche avec la naissance de Téléphone sur scène le 12 novembre 1976, Jean-Louis Aubert ouvre une nouvelle page qui l’emmènera parmi les grandes figures du rock français. Le chanteur se remémore alors un moment particulier avec Johnny Hallyday qui avait le secret de lui sortir à chacune de leurs rencontres “une phrase miraculeuse”.

Et avant leur duo au pied de la tour Eiffel en 2000 sur Fils de personne, Johnny Hallyday a décontenancé Jean-Louis Aubert. “Ce jour, accoudé à un bar, alors que Johnny allait monter sur scène devant la tour Eiffel, il me dit : ‘Jean-Louis, je crois que je n’ai pas de couilles'”, raconte le chanteur. Surpris, il rétorque au rockeur “qu’il en faut pour chanter devant 500 000 personnes”. Mais Johnny Hallyday n’est pas d’accord : “Johnny me regarde et me répond : ‘Non. Si j’avais des couilles, je partirais instantanément au Nicaraga !'”. Admiratif, Jean-Louis Aubert se souvient du rockeur : “Ce mec avait vraiment la classe…”.

Retrouvez l’intégralité de notre rencontre avec Jean-Louis Aubert dans le magazine Gala, en kiosque ce jeudi 14 novembre

Crédits photos : Agence / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet