Elles se mobilisent pour des routes plus sûres

A l’occasion de la journée mondiale de la sécurité routière, le 13 octobre, zoom sur ces femmes qui s’engagent pour faire évoluer les comportements des usagers de la route.

Restez informée

Les chiffres sont en baisse d’une année sur l’autre, mais derrière les statistiques se cachent des drames, des histoires tragiques, des vies brisées. Si la vitesse, l’alcool, les stupéfiants ou encore l’usage du téléphone sont généralement en cause, il reste que la plupart des conducteurs n’imaginent pas être un jour victime, ou responsable, d’un accident de la route. Manque de vigilance, non respect du code de la route, comportements à risques…, les mauvaises habitudes restent bien ancrées, hélas, et s’accentuent au fil du temps. A moins d’en prendre conscience et de changer! Pour inciter les conducteurs à prendre le volant en toute sécurité pour eux-mêmes et les autres, de nombreux citoyens mènent des actions de prévention et de sensibilisation. Principale association, la Prévention Routière qui compte 1300 bénévoles organise chaque année des évènements auprès de 60 000 salariés en entreprise, 30 000 seniors et 850 000 enfants et jeunes. Parmi eux, ces quatre femmes engagées qui espèrent que leurs actions permettront de sauver des vies.

“J’organise des animations en entreprise”: Nicole, 66 ans

Je voulais m’engager dans une cause avec un réel impact sur la vie des gens. J’ai donc choisi la Prévention routière, où je suis bénévole depuis 2015. j’interviens surtout au sein des entreprises, notamment celles dont les salariés doivent conduire lors de leurs missions, tels les livreurs, les techniciens.. Nous rappelons la signification des différents panneaux routiers, le danger des angles morts, le temps de réaction pour freiner en fonction de l’état de la route ou de la météo… Pour rendre ces animations plus ludiques, j’utilise des simulateurs de conduite de deux ou quatre roues, des casques virtuels, des quizz et des challenges entre équipes… Si les messages sont sérieux, l’ambiance est bon enfant. Ces piqûres de rappel sont nécessaires : certains ont passé le permis depuis 30 ans ! Si mon action peut aider à sauver une vie, ça n’a pas de prix!

“Je fais de la prévention auprès des seniors”: Marie, 59 ans

Monitrice d’auto-école pendant 35 ans, je connais bien les dangers de la route. J’ai tout naturellement rejoint l’Association maison sécurité routière d’Aquitaine (AMSRA) car je trouve que les messages publics ne suffisent pas. Je m’occupe d’animations dédiées aux seniors. Je teste leurs connaissances du code de la route, – comment prendre un sens giratoire ou s’insérer sur une voie rapide – , et les alerte sur la somnolence due aux médicaments. Je les encourage à faire tester leur vue : la plupart n’ont pas consulté d’ophtalmo depuis 5 ans !  Notre voiture tonneau, qui tourne sur elle-même plusieurs fois dans les deux sens, tout comme les lunettes reproduisant la vision trouble après avoir trop bu, connaissent un franc succès!

“Je sensibilise les récidivistes”: Danièle, 63 ans

Motard dans la gendarmerie, mon mari traquait les chauffards et gérait l’arrivée des secours lors des accidents graves. Les récits de ses interventions m’ont profondément marqués, comme cette famille de quatre enfants décédée le soir de Noël après une collision avec un camion. Une fois à la retraite, j’ai rejoint la Prévention Routière de mon département. Je dispense notamment, au Tribunal de Grande Instance, des animations de sensibilisations pour les récidivistes. Ils ont perdu des points suite à des délits routiers : excès de vitesse, conduites sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants. Je leur montre des vidéos « choc » d’accidents puis celles de familles qui ont perdu un proche. A l’issue de cette journée de stage, la plupart disent qu’ils vont changer leur façon de conduire. C’est une grande satisfaction d’avoir été utile. En tant que bénévole, nous ne sommes ni juge, ni policier, nous sommes là pour informer et nous sommes écoutés différemment.

“Nous avons créée un escape game pour toucher les jeunes”: Valéria, 19 ans

Parce que j’avais envie de m’engager et d’être utile, j’ai rejoint l’association étudiante « G Addiction »*. Depuis, j’anime un escape game  que nous avons crée et qui a reçu le Prix de l’innovation de la sécurité routière en 2019. Les participants âgés de plus de 10 ans doivent résoudre une enquête policière sur la mort de Thomas, 20 ans. Pour cela, nous recréons le lieu de l’accident, le commissariat, un appartement et une boîte de nuit, avec des décors de cinéma grandeur nature. Au fur et à mesure, les jeunes découvrent les statistiques chocs sur les dangers de la route et intègrent les bons comportements à adopter en soirée et sur les lieux d’un accident. C’était important pour moi de m’engager car un de mes oncles a été victime d’un grave accident. Tout le monde doit comprendre que ça n’arrive pas qu’aux autres ! *facebook.com/GaddictionJeunesseCitoyenne

A lire aussi: Sécurité routière : attention aux nouvelles règles !

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet