Delphine Jubillar : « Je l’ai tuée » avoue un homme… qui n’est pas Cédric Jubillar

Les avocats de Cédric Jubillar ont demandé sa remise en liberté. Lors de l’audience, qui s’est déroulée ce mardi 6 juillet, la défense a pointé des incohérences dans le dossier. Elle a mis en évidence le témoignage d’un homme qui aurait avoué le meurtre de Delphine Jubillar, comme l’a révélé BFMTV.

Six mois après la disparition de sa femme avec qui il était en instance de divorce, Cédric Jubillar a été mis en examen pour meurtre aggravé et placé en détention provisoire. Une détention que ses trois avocats, Me Jean-Baptiste Alary, Me Emmanuelle Franck et Me Alexandre Martin, ont jugé abusive et dont ils avaient décidé de faire appel. Cette demande de remise en liberté est étudiée ce mardi 6 juillet à la cour d’appel de Toulouse. Les avocats du mari de Delphine Jubillar, qui a été accablé par sa maîtresse, avaient promis d’y “démonter un par un tous les éléments avancés par le procureur de la République de Toulouse lors de sa conférence de presse”. Ils ont aussi mis en lumière un élément que ce dernier n’avait pas évoqué le 18 juin dernier. Les avocats de Cédric Jubillar, eux, n’ont pas manqué de s’en emparer.

Lors de l’audience, Me Jean-Baptiste Alary, Me Emmanuelle Franck et Me Alexandre Martin ont notamment mis en avant le témoignage d’un homme qui a avoué le crime de Delphine Jubillar, comme le rapporte BFMTV. Me Jean-Baptiste Alary a demandé aux juges de “prendre de la hauteur” et a pointé du doigt des incohérences dans ce dossier. “Il fait allusion à cet homme qui est entendu par les enquêteurs au cours d’une audition parce qu’il a avoué, tout simplement, avoir tué Delphine, rapporte le correspondant de la chaîne d’infos. L’homme a annoncé via deux SMS à sa compagne : ‘elle ne voulait pas quitter ses enfants. Je l’ai frappée. Je l’ai tuée’. L’homme a été entendu, auditionné par les gendarmes à deux reprises, et cela n’a rien donné, déplore l’avocat de Cédric Jubillar.”

“La moindre des choses aurait été de rechercher ou essayer d’étayer ou infirmer”, regrette Me Jean-Baptiste Alary

À la sortie de l’audience, l’avocat Cédric Jubillar, qui avait proféré des menaces à l’encontre de sa femme, a pris la parole sur ce sujet, des propos qui ont été relayés par Femme actuelle : “Lorsque l’on a quelqu’un qui indique : ‘C’est moi qui aie commis ce meurtre-là’, la moindre des choses aurait été de rechercher ou essayer d’étayer ou infirmer. De dire que c’est un fou qui n’y est pour rien, soit au contraire, on tient quelque chose de sérieux. Cela n’a pas été fait, c’est très dommage”, regrette Me Jean-Baptiste Alary.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Capture d’écran Facebook

Autour de

Source: Lire L’Article Complet