Brigitte Macron n’en revient pas : ce programme télé qui lui a fait peur

Brigitte Macron a été effrayée en découvrant que Nicolas Canteloup utilisait le procédé du deepfake pour prendre l’apparence de son mari dans le programme de TF1, C Canteloup. Une révélation croustillante du Figaro.

A propos de

  1. Brigitte Macron

Plantons le décor : nous sommes dans les appartements privés du couple Macron à l’Elysée. Brigitte Macron attend son mari qui est encore dans ses bureaux avec quelques dossiers importants. La Première dame, en cette période de couvre feu, ne peut dîner en ville, ni même sortir faire un tour dehors, alors elle décide de s’installer devant la télévision. Comme l’indique Le Figaro dans son édition parue ce mercredi 24 février, elle a été médusée en découvrant le président sur TF1, aux alentours de 21h, faisant un discours sans queue ni tête. En réalité, ce n’était pas lui.

En effet, depuis quelques mois, l’émission C Canteloup, animée par Alessandra Sublet avec la complicité de l’humoriste Nicolas Canteloup, utilise un procédé qui a fait peur à Brigitte Macron : le deepfake. Celui-ci permet d’incruster le visage d’une tierce personne sur son visage. Ainsi, le père d’Anouk prend chaque soir l’apparence d’Emmanuel Macron, Jean Castex, François Hollande ou même la reine d’Angleterre. Brigitte Macron a évidemment été rassurée en apercevant le logo de l’émission, en bas, à gauche de l’image. Non, son époux n’avait pas fichu en l’air un quinquennat où “la communication avait tenu une place particulière“.

Emmanuel Macron prudent

Emmanuel Macron est également effrayé par ce procédé qui prend de l’ampleur ces derniers mois. Quelqu’un pourrait prendre son apparence dans le but de lui nuire à un an de la présidentielle. Les avancées technologiques font peur et le président a déjà alerté son entourage à ce propos. “On mène une guerre numérique avec les moyens de l’ORTF,” a-t-il râlé lors d’un Conseil des ministres, le rappelle Le Figaro.

Crédits photos : Gwendoline Le Goff / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet