Bernard Tapie affaibli, il donne de ses nouvelles : « J’ai l’air d’avoir 100 ans »

Interviewé par Paris Match à l’occasion de la sortie prochaine d’un livre le concernant, Bernard Tapie a donné des nouvelles de sa santé et de la manière dont sa maladie évolue.

A propos de


  1. Bernard Tapie

Le 10 juin prochain, Franz-Olivier Giesbert publiera le livre Bernard Tapie – Leçons de vie, de mort et d’amour. L’occasion pour le journaliste de revenir sur le double cancer de l’estomac et de l’œsophage de l’ancien homme d’affaires, mais aussi sur son agression, subie en avril dernier chez lui, ainsi que sur son procès. Ce jeudi 3 juin, le père de Laurent, Stéphane, Sophie et Nathalie a accordé une interview à Paris Match. Il a accepté de donner de ses nouvelles, lui qui fait face depuis des années à la maladie.

“Je suis cassé complet ! Huit heures par jour au lit, j’ai l’air d’avoir 100 ans… Ce protocole, c’est un programme très lourd. Un truc expérimental. Plus rien ne marche dans les traitements classiques”, a déploré Bernard Tapie, qui continue malgré tout de se concentrer sur le positif. “On me donnait deux ans, ça va faire quatre ans en septembre, alors faut pas charrier !”, a-t-il poursuivi. Dans l’ouvrage écrit par Franz-Olivier Giesbert, la foi de l’ancien propriétaire du club de football de l’Olympique de Marseille est aussi évoquée. Depuis son adolescence, le mari de Dominique Mialet-Damianos, de son nom de jeune fille, a l’habitude de prier et ce, quotidiennement. “Le matin, quand je me lève, c’est mon premier geste : je me mets à genoux”, a expliqué l’ex-homme d’affaires de 78 ans au fil des pages, qui “compte sur la médecine” pour l’aider à guérir, mais pas seulement. Selon lui, sans Dieu, il “ne peut pas gagner ce combat”.

Un croyant persuadé qu’il existe “des choses qui nous dépassent”

“Souvent, j’ai été au fond du trou, cerné par tous ces gens qui veulent ma mort, y compris ma mort physique (…) À un moment donné, il y a toujours un fil qui apparaît, une main qui se tend, une porte qui s’ouvre et hop ! J’échappe à mes persécuteurs. Ça ne peut pas être que la chance (…) Il y a, au-dessus de nous, des choses qui nous dépassent”, a estimé Bernard Tapie, qui préfère voir en la religion une façon de mettre toutes les chances de son côté pour continuer à vivre.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Pierre Perusseau / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet