1 heure avec… Karima Charni : “Nous sommes restés très proches avec les anciens de la Star Ac' !"

Entre l’album hommage à Grégory Lemarchal et ses matinales sur LCI, la chroniqueuse a une rentrée chargée. Mais elle a quand même répondu à nos questions, à sa façon, cash et sans chichis.

Public : Le 25 septembre est sorti Restons amis, l’album hommage de la Star Academy à Grégory Lemarchal. Qui en a eu l’idée ?

Karima Charni : Mathieu Johann, qui a appelé les dix-sept candidats de la saison 4. Au final, nous sommes treize à avoir enregistré les dix titres, dont un inédit.

C’était la première fois que vous vous revoyiez ?

Non. Je vois Francesca, Lucie ou Mathieu une fois par semaine. Et pour ceux qui vivent dans le Sud, on a un groupe WhatsApp sur lequel on parle chaque jour. Contrairement à ce que disent certains, notre amitié n’est pas un truc promo. Il faut croire qu’il y a toujours des gens pour polémiquer ! C’est comme pour le biopic de Greg : j’ai dit que les scènes où il s’effondre au Château ne me plaisaient pas car ça n’est jamais arrivé. Mais je n’aime pas que l’on déforme mes propos, comme l’a fait une certaine personne qui nous a attaqués. (Jean-Pascal Lacoste, ndlr)

C’est la mort de Grégory qui a uni les candidats de cette saison ?

Non, le lien s’est créé en entrant au Château, le 3 septembre 2004. On savait tous que Greg gagnerait. Pas à cause de sa mucoviscidose mais parce qu’il était au-dessus de nous. Je le dis objectivement, même si j’étais très proche de lui.

Pour vous, c’était comment de chanter à nouveau ?

Compliqué ! Cela fait des années que je ne suis plus chanteuse. Je ne l’ai jamais vraiment été de toute manière… Ceux qui continuent la musique coachaient les autres.

Votre entrée à la Star Ac’ s’est faite par hasard, après un karaoké où un casteur vous avait repérée. Vous n’aviez jamais rêvé d’être chanteuse ?

Je voulais travailler dans un milieu artistique mais je ne connaissais pas la palette des métiers possibles. C’est en voyant Nikos, dans la Star Ac’, que je me suis dit : “OK ! C’est ça que je veux faire !”

La notoriété a été compliquée à gérer ?

Les bains de foule me faisaient peur. Je suis devenue très introvertie en sortant du Château. En revanche, j’ai gardé les pieds sur terre car mes deux sœurs aînées m’ont encadrée professionnellement.

Vous avez une famille très unie ?

Oui, j’ai eu une jeunesse très tranquille. L’année à Reims, les étés en Tunisie. Ma mère était femme de ménage et nourrice, mon père, restaurateur. À mille lieues des métiers qu’on a choisis, mes sœurs et moi, dans la com et l’animation.

Vous étiez une enfant très sociable ?

J’étais discrète mais rigolote. La bonne copine ! Le problème, c’est que j’ai gardé ce statut à l’âge des premières amours, que je n’ai pas vraiment connues. Mes amies étaient toutes minces. Moi, j’étais la ronde de service.

En avez-vous souffert ?

C’est certain que s’entendre appeler Bouli n’a pas été agréable. Mais toute la classe est venue à ma rescousse. Je n’ai pas été harcelée. Et je me suis affinée en grandissant, sans régime. Aujourd’hui, je ne suis pas Gigi Hadid mais je m’aime bien. Si j’en parle, c’est pour dire aux jeunes filles de ne pas rester bloquées sur des problèmes de poids, souvent hormonaux. Même si maintenant, c’est plus dur avec les réseaux sociaux.

“Dans la Star Ac, Grégory était très au-dessus de nous”

Vous-même lisez beaucoup les commentaires sur Twitter ?

Pas vraiment. Je ne comprends pas que des gens perdent du temps à m’écrire que je suis moche, que j’ai les dents écartées ou que je suis arabe. Quelle tristesse !

Quels sont vos projets sur LCI, pour la rentrée ?

La matinale week-end, où je m’occupe de la culture, au sens le plus large. Désormais, on va recevoir les acteurs de la vie culturelle en plateau pour une interview d’une dizaine de minutes. On informe avec sérieux mais dans la bonne humeur. C’est génial.

Quel est votre meilleur souvenir d’interview ?

Beyoncé, à Londres ! C’était fou. Surtout qu’on avait eu un problème de caméra et qu’elle était intervenue pour me donner plus de temps. Je me rappelle qu’elle m’avait demandé d’où je venais : j’étais sûre qu’elle ne connaîtrait pas Reims. Raté ! Elle m’avait dit que Jay-Z y avait acheté des vignes et qu’elle y venait souvent avec Alicia. Comprendre Alicia Keys… En toute simplicité ! (Rires)

“Ma pire interview ? Bruno Mars, trop occupé à me draguer!”

Et le pire ?

Bruno Mars. Il était irrespectueux, trop occupé à me draguer lourdement pour répondre à mes questions ! Au début, tu souris, tu remercies, mais quand tu dis non trois fois, ça devient saoulant. Non, c’est non. Même pour Bruno Mars. Il avait fini par se calmer quand j’avais menacé d’arrêter l’interview. J’étais d’autant plus furieuse que je n’avais jamais été confrontée à ça. Ce n’est pas courant, cette attitude. À moins que je ne sois pas “draguable”! (Rires)

Avez-vous souvent ressenti le sexisme dans votre travail ?

Pas chez LCI, où on est une majorité de femmes. En revanche, j’ai eu une expérience compliquée en radio. L’ambiance était affreuse, j’ai fait une dépression. J’ai remonté la pente après six mois mais j’ai gardé ça en tête. Les personnes négatives, maintenant, je les vire. Je refuse que l’on me fasse du mal. À 35 ans, je me suis affirmée. J’ai appris un mot incroyable : “non”. Je fais plus attention à mes choix professionnels et amicaux.

Et côté perso ?

J’adorerais vous raconter des choses ou dire : “Je veux garder ma vie privée privée”. Mais pour l’instant, il n’y a rien à cacher. Je suis toujours célibataire et les enfants ne sont donc pas prévus. On verra bien !

Dates clés :

1. 18 juin 1985

Karima voit le jour à Reims. Elle nous décrit une enfance “simple et heureuse”, entre ses parents et ses deux sœurs aînées.

2. 3 septembre 2004

Elle intègre la quatrième saison de la Star Ac’ après avoir été repérée lors d’un karaoké. Elle y rencontre notamment Grégory Lemarchal, qui devient son grand pote.

3. 2018

Après M6, W9 ou NRJ12, elle est embauchée sur LCI. “En quinze ans, je n’avais jamais été stressée comme ça !”, nous confie-t-elle.

4. 25 septembre 2020

Sortie du CD Restons amis dont les bénéfices iront à l’association Grégory Lemarchal qui lutte contre la mucoviscidose.

À voir également : Jenifer : cet ancien de la Star Ac’ qu’elle vient d’embaucher, 17 ans après leur rencontre…

Propos recueillis par Maëlle Brun

Source: Lire L’Article Complet