Paris Match en deuil : le directeur de la rédaction, Olivier Royant, est décédé à 58 ans

La rédaction du magazine “Paris Match” perd son directeur, Olivier Royant, qui travaillait au sein de l’hebdomadaire depuis 35 ans.

Le directeur de la rédaction de Paris Match, Olivier Royant, est mort “dans la nuit de mercredi à jeudi 31 décembre“, annonce le magazine sur son site. “Profondément peinée, la rédaction de Paris Match s’unit en pensée à Delphine, son épouse, et à Hermine et Benjamin, leurs enfants“, ajoute la rédaction. Le journaliste qui a grandi dans l’Essonne avait commencé sa carrière dans des radios libres après ses études à l’institut politique de Paris. Il était ensuite entré à Paris Match – qu’il avait lu pour la première fois à l’âge de sept ans – en 1985, “pour ne jamais en partir“. C’était il y a trente-cinq ans, alors que l’hebdomadaire était dirigé par Roger Thérond. Olivier Royant en est devenu le directeur en juillet 2006.

À lire également

Mort du pianiste Claude Bolling, compositeur des films Borsalino et Lucky Luke, à 90 ans

Dans les années 1990, il avait été envoyé aux États-Unis en tant que reporter correspondant de Paris Match, tout en suivant une Maîtrise en administration des affaires (MBA) à l’Université de Columbia à New York, rappelle le magazine. Là-bas, il avait “cotoyé” John Fitzgerald Kennedy, Jr., à qui il a plus tard consacré un livre. Au cours de sa carrière dans le célèbre hebdomadaire, Olivier Royant a interviewé “des présidents, des Nobels, de grands écrivains, des rock stars comme Bono dont il était devenu ami. L’été dernier, Emmanuel Macron lui avait ouvert les portes du fort de Brégançon, en exclusivité. Son dernier entretien a été celui de Barack Obama, à l’occasion de la publication de ses mémoires, au mois de novembre“.

À lire également

Mort de l’actrice Dawn Wells (L’île aux naufragés) à 82 ans, atteinte de la Covid-19

Constance Benqué, présidente de Lagardère News, a tenu à s’exprimer pour lui rendre hommage, mais aussi pour le remercier. “Olivier était un grand professionnel, sensible et son regard bienveillant sur les autres était rare. Il s’est battu avec un immense courage et une grande dignité ces derniers mois. Il a assuré sa mission jusqu’au bout, merci à lui pour sa précieuse contribution au magazine. Avec Arnaud Lagardère, nous pensons à Delphine sa femme, à Hermine et à Benjamin, leurs enfants ainsi qu’à toutes les équipes qui ont collaboré avec lui. Il va beaucoup nous manquer“, a-t-elle écrit, émue.

Hugo Mallais

Source: Lire L’Article Complet