Mort du réalisateur Kim Ki-duk, grand maître du cinéma coréen

Le cinéaste sud-coréen Kim Ki-duk, notamment célèbre pour avoir réalisé “Printemps, été, automne, hiver… et printemps” ou “Samaria”, est décédé ce vendredi du COVID-19, à l’âge de 59 ans.

Notamment célèbre pour avoir réalisé Printemps, été, automne, hiver… et printemps, Samaria ou encore Locataires, le cinéaste sud-coréen Kim Ki-duk est décédé du COVID-19 ce vendredi, à l’âge de 59 ans. Il se trouvait à Latvia, en Lettonie, où il était de passage pour acheter une résidence près de la mer baltique.

Né à Bonghwa, dans le nord de la province Kyungsang, Kim Ki-duk a grandi dans un village situé dans les montagnes. A neuf ans, il déménage avec ses parents à Séoul. Obligé de quitter le lycée après que son frère ait été renvoyé de l’école, la voie semble alors toute tracée pour Kim : école d’agriculture puis travail à l’usine dès 17 ans. D’humeur changeante, il s’engage dans les Marines trois ans plus tard, puis pense à devenir prêtre les deux années suivantes.

Si Kim Ki-duk conserve une certaine constance, c’est dans son amour pour la peinture. Une passion qui date de l’enfance, et qui le pousse en 1990 à quitter son pays pour venir étudier en France. Sur place il vend ses peintures pour survivre et découvre le cinéma. Après deux années d’études d’art plastique (dessin et peinture) à Paris, Kim Ki-duk retourne en Corée en 1994, et y écrit le scénario “Painter and prisoner”, grâce auquel il se voit décerner le Prix de la Création par l’Association des Scénaristes. L’année suivante, il remporte le Grand Prix du Scénario, délivré par la Commission du Film Coréen, pour “Illegal crossing”.

En 1996, le cinéaste met en scène The crocodile un premier film poétique et violent, au scénario confus, mais laissant apparaître quelques promesses. Wild animals suivra, mais les deux films sortent dans un anonymat quasi total. Il parvient tant bien que mal à monter Birdcage Inn, film plus doux et nostalgique que ses deux précédentes oeuvres. Présent dans différents festivals internationaux, Kim commence à se faire mondialement connaître. La reconnaissance viendra avec son long métrage suivant. En effet, L’Ile connait un grand succès dans les festivals et récolte plusieurs prix.

Entre deux rives de Kim Ki-duk : “une réunification économique est possible entre les deux Corées”

Cinéaste réputé dans son pays pour ses films étranges, il réalise ensuite Real fiction, film semi-expérimental tourné en moins de quatre heures. Address unknown marque un tournant dans sa carrière. Plus mature et maîtrisé, tant sur la forme que dans le fond, Kim Ki-duk signe une autobiographie filmée touchante. Avec Bad guy, il rencontre son premier succès public. En 2003, Avec Printemps, été, automne, hiver… et printemps, il signe une fiction contemplative d’une intense beauté plastique. Bête de festival, Kim reçoit l’Ours d’argent du meilleur réalisateur l’année suivante pour Samaria, drame poignant sur fond de prostitution des mineures.

  • Wonder Woman 1984 Bande-annonce VO

    Allocine

  • Wonder Woman 1984 Bande-annonce officielle VO

    Allocine

  • Avant d'aller dormir Bande-annonce VOST

    Allocine

  • Love Actually Bande-annonce VO

    Allocine

  • Faux Raccord N°45 – "Star Wars – Episode I, II, III & VI"

    Allocine

  • Bohemian Rhapsody Bande-annonce VF

    Allocine

  • Aviez-vous remarqué ? Daredevil saison 3

    Allocine

  • Rush Hour 3 Bande-annonce VF

    Allocine

  • The Singing Club Bande-annonce VO

    Allocine

  • L'heure zéro Bande-annonce VF

    Allocine

  • Le Parrain 3 – épilogue : entretien croisé entre Al Pacino, Francis Ford Coppola et Andy Garcia

    Allocine

  • Une hirondelle a fait le printemps Bande-annonce VF

    Allocine

  • Bad Moms : la bande-annonce non censurée VO

    Allocine


  • Wonder Woman 1984 Bande-annonce VO
    Suite des aventures de Diana Prince, alias Wonder Woman, Amazone devenue une super-héroïne dans notre monde. Après la Première guerre mondiale, direction les années 80 ! Cette fois, Wonder Woman doit affronter deux nouveaux ennemis, particulièrement redoutables : Max Lord et Cheetah.


    Allocine


  • Wonder Woman 1984 Bande-annonce officielle VO
    Suite des aventures de Diana Prince, alias Wonder Woman, Amazone devenue une super-héroïne dans notre monde. Après la Première guerre mondiale, direction les années 80 ! Cette fois, Wonder Woman doit affronter deux nouveaux ennemis, particulièrement redoutables : Max Lord et Cheetah.


    Allocine


  • Avant d'aller dormir Bande-annonce VOST
    Suite à un accident quatorze ans plus tôt, Christine est affectée d’un cas très rare d’amnésie : chaque matin, elle se réveille sans se souvenir de rien, ni même de son identité. Son dernier espoir réside dans son médecin, Ed Nasch, qui lui conseille de tenir un journal vidéo. Elle pourra ainsi enregistrer les informations qu’elle traque et se souvenir peu à peu de son passé, reconstituant progressivement le fil de son existence.
    Mais très vite, ses rares certitudes vont voler en éclat.



    Allocine

VIDÉO SUIVANTE

Kim Ki-duk compte parmi les réalisateurs les plus marquants de la nouvelle mouvance du cinéma coréen, même s’il est véritablement une personne à part de l’industrie du 7ème art. Il poursuit une carrière avant tout dictée par ses propres aspirations artistiques.

Ainsi, le Coréen sort Locataires en 2005. Tourné dans le propre appartement du cinéaste avec un petit budget, ce drame quasiment sans dialogues est un succès et glane le Lion d’argent du meilleur réalisateur à la Mostra de Venise. Très prolifique, Kim tourne L’Arc la même année, une sorte de triangle amoureux malsain entre un vieil homme, une jeune femme mineure et un jeune homme. Deux ans plus tard, Kim Ki-Duk met en scène Time, l’histoire d’un couple face à l’usure du temps et de la routine. Suit Souffle la même année, drame puissant sur la jalousie. Le film est tourné en dix jours avec un budget de seulement de 300.000 dollars. L’oeuvre est présentée au Festival de Cannes mais en revient bredouille.

En 2010, le metteur en scène se plonge dans les cauchemars dans Dream, drame policier sur fond de somnambulisme. Trois ans plus tard, le Sud-Coréen reçoit le Lion d’Or à Venise pour Pieta, l’histoire d’un homme retrouvant sa mère qui l’a abandonné et dont la vie va être bouleversée.

Après le drame Moebius en 2013 et le thriller One on One l’année suivante, Kim Ki-duk est de retour en 2017 avec Entre deux rives, un drame politique évoquant les tensions entre les deux Corées à travers les yeux d’un modeste pécheur (retrouvez ici notre interview du réalisateur). Son oeuvre ultime, Din, tournée au Kazakhstan en 2019, est inédite chez nous.

Le cinéaste décède en décembre 2020 du COVID-19, à l’âge de 59 ans.

Source: Lire L’Article Complet