"Ibrahim", "Petit Pays" et "Un triomphe" emballent le Festival du film francophone d’Angoulême

Ibrahim du Français Samir Guesmi a raflé quatre récompenses, dont celles du meilleur film et de la mise en scène, mercredi 2 septembre à la clôture du festival du film francophone d’Angoulême (FFA), premier festival cinématographique français d’importance à se tenir depuis l’annulation de Cannes au printemps pour cause d’épidémie de coronavirus.

Labellisé “Cannes 2020” pour avoir fait partie de la sélection officielle de la Croisette, Ibrahim narre l’histoire d’un jeune homme qui se cherche entre un père sérieux et réservé et un copain de lycée spécialiste des coups fourrés. Après une bêtise qui tourne mal et porte préjudice à son père, Ibrahim tente de se racheter.

“Fiers du résultat”

Parmi les dix long-métrages (France, Belgique, Maroc) en compétition pour un “Valois” ont également été distingués Petit pays d’Eric Barbier, d’après le roman à succès de Gaël Faye sur la perte de l’innocence de l’enfance sur fond de guerre civile au Burundi, et Un triomphe d’Emmanuel Courcol, avec Kad Merad en acteur qui anime un atelier théâtre en prison. Petit Pays remporte le Valois de la meilleure actrice pour l’interprétation d’Isabelle Kabano tandis qu’Un triomphe labellisé “Cannes 2020”, s’est vu attribuer les prix du meilleur acteur pour les performances de Sofian Khammes et Pierre Lottin ainsi que le prix du public.

Une image du film “Un triomphe” d’Emmanuel Courcol.  (MEMENTO FILMS DISTRIBUTION)

Une soixantaine de films ont été projetés pendant ce festival qui donne souvent la tendance cinéma de la rentrée et a par le passé récompensé, ou lancé, de futurs succès populaires, comme Intouchables (2011) ou Les garçons et Guillaume, à table ! (2013).

Cette 13e édition du FFA, coprésidée par Benoît Délépine et Gustave Kervern, s’est tenue dans un cadre sanitaire strict avec pré-réservation obligatoire, masque dans les salles et siège vacant entre spectateurs, sans file d’attente, ni bains de foule. Le festival a attiré 23 000 spectateurs sur les 28 000 places disponibles, une jauge sciemment allégée par rapport au cru 2019 (47 000). Pour les organisateurs, l’objectif a été atteint, avec un public au rendez-vous, “content de revenir en salles”, a estimé Julien Cournil, coordinateur général. “On est fiers du résultat car on partait d’une situation complexe”.

Le palmarès complet (2020) :

Valois de diamant: Ibrahim de Samir Guesmi

Valois de la mise en scène: Samir Guesmi pour Ibrahim

Valois du scénario: Samir Guesmi pour Ibrahim

Valois de l’actrice: Isabelle Kabano dans Petit Pays d’Éric Barbier

Valois de l’acteur: Sofian Khammes et Pierre Lottin (ex aequo) dans Un triomphe d’Emmanuel Courcol

Valois du public: Un triomphe

Valois Magelis (jury des étudiants francophones): Slalom de Charlène Favier

Valois de la musique: Raphaël Eligoulachvili pour Ibrahim

Valois du meilleur court métrage d’animation: Machini de Tétshim et Frank Mukunday et Le Mal du siècle de Catherine Lepage (ex aequo)

Source: Lire L’Article Complet