Rock en Seine fait du bruit dans un été réduit au silence

Pandémie oblige, Rock en Seine se met en mode commando avec son Festival des Festivals: une vingtaine d’artistes – dont Catherine Ringer, Alain Souchon, Hatik ou encore Jeanne Added – se produisent jeudi soir après un été sinistré pour les grandes scènes.

L’affiche est complétée par Benjamin Biolay, Christine and The Queens, Pomme, Camelia Jordana, Philippe Katerine, Dadju, Jane Birkin et sa fille Charlotte Gainsbourg, Sébastien Tellier, Izia, Oxmo Puccino, Calogero, Rim’K, Yseult, L (Raphaële Lannadère), Sandra Nkaké ou encore Sofiane Saidi.

Ils joueront en live au Domaine national de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) devant 1.500 personnes autorisées (contre 100.000 spectateurs l’an dernier), dans le respect des règles sanitaires. Les places gratuites, sur invitation par inscription sur internet, sont déjà épuisées. L’évènement sera diffusé sur France 2, France.tv et France Inter en direct, puis rediffusé sur TV5 Monde.

Tous les artistes ont un ou deux titres à chanter, excepté Philippe Katerine – sacré artiste masculin aux dernières Victoires de la musique avec son album-péplum “Confessions” – qui aura la dernière heure à lui seul.

Cette époque marquée du sceau du Covid-19 – qui a contraint la majorité des grands festivals de musique actuelle à baisser le rideau – est “un contexte impensable, inédit, extraordinaire au sens premier du terme, chaque jour est une nouvelle expérience”, commente pour l’AFP Oxmo Puccino. “Avec ce Festival des Festivals, on nous ramène d’un gouffre temporel. Moi, ça fait six mois que je ne suis plus monté sur scène”, poursuit cette figure du rap conscient (qui évite le trash).

– “Le droit de chanter” –
La soirée de jeudi – à partir de 21h00, pendant 3 heures 30 – “va permettre de faire de la musique en live, devant du public, la raison pour laquelle on fait ce métier”, insiste-t-il. “Il n’y a rien qui se rapproche de ça, c’est incomparable, rien à voir avec faire des shows par écrans interposés”, poursuit le rappeur. Cet artiste ne peut se résoudre à l’idée de devoir chanter dans le futur devant un public masqué dans les salles: “la musique n’a rien à voir avec une opération chirurgicale…”

Oxmo Puccino a prévu d’interpréter deux titres jeudi soir, un en hommage à Manu Dibango, décédé des suites du Covid-19 et “Le droit de chanter”, extrait de son dernier album. “Un morceau de circonstance, comme son nom l’indique”, souffle-t-il malicieusement.

L’idée induite dans le nom du show, présenté par Nagui et Leïla Kaddour, est aussi de saluer tous les festivals qui auraient dû se tenir cet été, tels que Le Printemps de Bourges, We Love Green, Solidays, les Francofolies, les Eurockéennes, les Vieilles Charrues, pour n’en citer que quelques-uns. Cette évocation sera faite sur scène, dans la bouche des artistes ou par des séquences-reportages diffusées sur écran géant (et à la télévision).

“Cette soirée porte la parole des festivals, souligne l’importance de la musique live, du spectacle vivant. C’est une soirée manifeste, un témoignage d’espérance et de volonté, celles de continuer à travailler sous les formes possibles dans le cadre sanitaire que nous connaissons”, résume pour l’AFP Emmanuel Hoog, président de Rock en Seine.

Source: Lire L’Article Complet