Vaccin Janssen : pourquoi son arrivée est-elle finalement repoussée ?

Les États-Unis ont suspendu temporairement le vaccin Janssen. En cause ? Six patientes ont été touchées par des caillots sanguins après l’administration du sérum. Les autorités sanitaires américaines ont donc ouvert une enquête. Dans l’attente des résultats, le laboratoire Johnson & Johnson a annoncé un retard du déploiement des livraisons en Europe.

Restez informée

Mardi 13 avril, les autorités sanitaires américaines ont annoncé “mettre en pause” temporairement l’utilisation du vaccin Janssen dans leur campagne de vaccination contre la Covid-19. Comme pour le sérum AstraZeneca, six cas graves de caillots sanguins ont été identifiés après l’injection du produit unidose du laboratoire de Johnson & Johnson.

Suspension du vaccin Janssen : elle n’aura pas “d’impact important”, selon la Maison-Blanche

Les Centres américains de lutte et de prévention des maladies (CDC) doivent se réunir ce mercredi pour évaluer les potentiels effets secondaires du vaccin Janssen. De son côté, l’Agence américaine des médicaments (FDA) enquête sur les six femmes âgées de 18 à 48 ans qui ont souffert de symptômes de thrombose cérébrale et d’une diminution des plaquettes sanguines. Ces signes sont survenus six à treize jours après l’administration du sérum. Une des patientes est décédée des suites d’une thrombose sanguine et une seconde se trouve dans un état critique.

Les États-Unis ont fait le choix d’une campagne de vaccination massive et rapide. D’après les CDC, 36,8% des Américains ont reçu une dose d’un des vaccins contre la Covid-19. Le 13 avril, la Maison-Blanche a assuré que la suspension du sérum Janssen n’aura pas d’“impact important” sur la vaccination. “Il y a suffisamment de vaccins pour chaque Américain, c’est tout à fait indiscutable“, a affirmé Joe Biden, le président des États-Unis.

Cette suspension temporaire du vaccin Janssen va cependant impacter les campagnes de vaccination européennes. Dans l’attente des résultats de l’enquête de la FDA, le laboratoire Johnson & Johnson a annoncé un retard des livraisons des vaccins en Europe.

Vaccin Janssen : la campagne de vaccination va-t-elle être retardée en France ?

Lundi 12 avril, 200.000 doses du sérum Janssen ont été livrées en France avec une semaine d’avance. Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, Olivier Véran avait indiqué que les personnes âgées de plus de 55 ans avec ou sans comorbidités pouvaient en bénéficier. Le gouvernement souhaitait également vacciner “les habitants des territoires isolés” en particulier ceux d’outre-mer avec le vaccin Janssen.

Interrogé par nos confrères du Parisien, le ministère des Solidarités et de la Santé n’a fait aucune déclaration sur les potentielles conséquences de la suspension du vaccin Janssen en France. Selon les informations du journal, le gouvernement espérait toujours recevoir 600.000 doses d’ici la fin avril et 1,9 million de doses au mois de mai.

Les vaccins AstraZeneca et Janssen sont des sérums à vecteur viral : ils utilisent un virus non pathogène pour déclencher une réponse immunitaire de l’organisme. Cette technologie pourrait-elle être à l’origine de la formation de caillots sanguins ? “Comme avec AstraZeneca, des thromboses atypiques avec anomalies de plaquettes apparaissent, contrairement aux vaccins à ARN messager. Cela indique que c’est sans doute lié aux vecteurs à adénovirus”, a expliqué Mathieu Molimard, chef du service de pharmacologie au CHU de Bordeaux, au Parisien. Avant d’ajouter : “Ce qui valide la décision française d’adresser Janssen aux plus de 55 ans (…) Le rapport bénéfice risque reste excellent en l’état des données dont on dispose. On parle d’un risque sur un million, c’est plus faible que celui de se faire foudroyer.”

Malgré le potentiel retard des livraisons du laboratoire Johnson & Johnson, la campagne de vaccination se poursuit en France. Trois autres vaccins sont également disponibles dans l’Hexagone : le Pfizer/BioNTech, le Moderna et l’AstraZeneca. Près de 11 millions de Français ont reçu une première injection d’un des vaccins contre la Covid-19 selon la plateforme Covid Tracker.

Source: Lire L’Article Complet