Quels sont les différents types d'acné et comment les distinguer ?

L’acné peut prendre différentes formes. Les plus fréquentes sont l’acné rétentionnelle et l’acné inflammatoire. Mais comment les distinguer et les traiter ? Le Dr Marc Perrussel, dermatologue, fait le point.

Restez informée

Environ 6 millions de Français sont touchés par l’acné. Les adolescents sont particulièrement concernés par ce phénomène, mais ils ne sont pas les seuls. Et pour cause : il existe différents types d’acné, qui peuvent être désignés en fonction de l’âge (acné juvénile, acné de la femme adulte mature…), ou encore en fonction de la cause (acné hormonale, acné cosmétique, acné médicamenteuse, acné professionnelle…)

L’acné hormonale constitue ainsi l’une des causes les plus fréquentes d’acné. Tout commence à l’adolescence, lorsque que la peau change sous l’arrivée des hormones. Les glandes sébacées se mettent à travailler de manière excessive et provoquent ce que l’on appelle l'”acné juvénile polymorphe”. Elle apparaît plus particulièrement au niveau de la zone T.

Si ce phénomène se calme voire disparaît généralement avec l’âge, certaines personnes sont plus sensibles que d’autres aux déséquilibres hormonaux. L’acné de la femme adulte mature est ainsi marquée par des poussées de boutons au moment des règles. Celles-ci apparaissent plus particulièrement au niveau du bas du visage.

Acné : comment savoir de quelle forme je souffre ?

L’acné peut également être définie en fonction de sa forme clinique. Les plus fréquentes sont l’acné rétentionnelle et l’acné inflammatoire. Pour comprendre ces phénomènes, il convient de comprendre comment apparaît l’acné : elle est due à un épaississement de la peau et à une hyperséborrhée. L’association des deux entraîne une sortie de sébum qui bouche les pores et créé des points noirs. Ils se transforment ensuite en microkystes, qui peuvent gonfler et devenir des boutons inflammés.

L’acné rétentionnelle, aussi appelée acné “microkystique”, est donc la phase qui précède l’inflammation. Cette forme clinique se caractérise par l’apparition de ces microkystes, qui ne sont autres que des petites boules sous la peau. L’acné inflammatoire se caractérise quant à elle par l’apparition de gros boutons rouges, souvent douloureux.

Comment traiter les différentes formes d’acné ?

Pour traiter l’acné, il est recommandé de façon générale d’utiliser des produits doux pour ne pas décaper la peau et provoquer une surproduction de gras. Il convient également de ne pas toucher les boutons, afin d’éviter les infections et les cicatrices. Des traitements locaux peuvent aussi être prescrits.

En cas d’acné rétentionnelle, il est également possible de miser sur des traitements permettant de lisser la peau, comme le peeling médical. L’objectif est de dégager les pores afin de permettre au sébum de s’évacuer. Certaines crèmes permettent également de rééquilibrer le contenu du sébum afin qu’il soit moins agressif.

En cas d’acné inflammatoire, les traitements généraux reposent sur la prise de cyclines, des antibiotiques qui doivent être pris pendant trois mois afin de bloquer le processus inflammatoire. Le laser peut également être une option. Lorsque le phénomène inflammatoire est majeur et que l’acné est invalidante sur le plan esthétique, des médicaments à base d’isotrétinoïne peuvent être prescrits. La prise de ces traitements est néanmoins très encadrée. Et pour cause : ils sont formellement contre-indiqués pendant la grossesse car ils ont des effets tératogène, et peuvent donc être à l’origine de malformations chez le fœtus.

Merci au Dr Marc Perrussel, dermatologue au CHU de Rennes et vice-président du Syndicat national des dermatologues.

A lire aussi :

⋙ Acné : quel type de masque est le plus efficace contre les boutons ?

⋙ Acné de grossesse : pourquoi a-t-on des boutons lorsqu’on est enceinte et comment s’en débarrasser ?

⋙ Acné : 5 solutions naturelles et efficaces pour s’en débarrasser

Source: Lire L’Article Complet