Quelle est la différence entre une bactérie et un virus ?

COMMENT LES DIFFÉRENCIER ? Chaque vendredi, GEO se penche sur les différences qui opposent des espèces animales, phénomènes climatiques ou sites patrimoniaux souvent similaires dans notre imaginaire. Place cette semaine au virus et à la bactérie.

Avec la pandémie de coronavirus, le terme “virus” a été sur toutes les bouches durant ces derniers mois. Mais savez-vous faire la différence entre virus et bactérie ? Ces deux types de microorganismes sont pourtant très différents, dans leur forme, leur mode d’action mais aussi dans les outils dont nous disposons pour les combattre.

La bactérie, un microroganisme vivant et autonome

La bactérie est une entité biologique autonome mesurant de 1 à 10 microns. Organisme unicellulaire ne possédant pas de noyau, la bactérie est pourvue d’un appareil nucléaire constitué d’ADN, d’un flagelle qui lui permet de se déplacer et d’une capsule protectrice. Elle peut être aérobie, ce qui signifie qu’elle a besoin d’oxygène pour se développer, ou anaérobie. Elle peut se reproduire en se divisant et proliférer dans différents milieux qui leur sont favorables. On les retrouve dans le corps humain mais aussi dans l’eau, la terre ou en suspension dans l’air.

Les bactéries ne sont pas nécessairement pathogènes, bien au contraire. Présentes en nombre dans le système digestif, le fameux microbiote, elles sont indispensables à son bon fonctionnement. La présence de nombreuses bactéries au niveau de la peau permet également de faire barrière aux infections. Ce sont également des bactéries qui sont à l’oeuvre dans certains phénomènes naturels telle que la fermentation.

Quelles sont les maladies provoquées par les bactéries?

Si toutes les bactéries ne sont pas néfastes, d’autres peuvent provoquer des maladies potentiellement graves lorsqu’elles envahissent l’organisme ou libèrent des toxines. Parmi les maladies pouvant être provoquées par les bactéries on peut citer les infections urinaires, l’angine, l’otite, la bronchite, la tuberculose, le choléra, la lèpre, la gastro-entérite, les infections génitales, la coqueluche, la maladie de Lyme, la méningite. Les bactéries peuvent également être responsables d’intoxications alimentaires graves comme la listériose, la salmonellose et le botulisme.

Les bactéries ont différents modes de transmissions : par voie aérienne lorsqu’une personne tousse ou éternue par exemple, par ingestion d’eau ou de nourriture contaminées par un agent pathogène, par voie parentérale, par exemple avec une seringue, ou par contact direct avec une peau ou une surface contaminée.

Quels sont les différents types de virus ?

A l’inverse de la bactérie qui est une cellule, le virus a une structure très simple. Plus petit que la bactérie, le virus mesure de 20 à 500 nanomètres. Il est constitué d’un ADN ou d’un ARN (acide ribonucléique) entouré d’une structure protéique appelée capside et parfois, mais pas toujours, d’une enveloppe. On va donc établir la classification des virus en fonction de la nature de l’acide nucléique du génome (ARN ou ADN), de la forme de la capside et de la présence ou non d’une enveloppe qu’on appelle aussi péplos.

  • Virus à ADN : Virus de la varicelle et du zona, hépatite B, Cytomégalovirus, Eptein-Barr, Polyomavirus, Herpes etc.
  • Virus à ARN : Coronavirus, rage, VIH, grippe, oreillons, rougeole, hépatite C, Ebola, chorioméningite, rotavirus, fièvre jaune, rhinovirus, Poliovirus etc. Les virus, qu’ils soient à ADN ou à ARN, se transmettent par l’air, l’eau ou le sang, par contact direct ou par voie sexuelle.

Là où la bactérie peut proliférer seule, le virus a besoin d’un autre organisme pour se reproduire. Il est donc totalement dépendant de la cellule qu’il parasite. Une question agite toutefois la communauté scientifique : le virus est-il vivant ? Cette interrogation est largement débattue et deux visions s’opposent. Pour certains scientifiques le fait que le génome du virus ne lui permette pas de se multiplier seul et que le virus ait besoin d’une cellule hôte . A l’inverse, d’autres chercheurs relèvent que si le virus n’est effectivement pas vivant en permanence comme une bactérie, il l’est lorsqu’il investit la cellule et prolifère.

Pourquoi les antibiotiques sont inefficaces contre les virus ?

Si les campagnes du ministère de la Santé ont porté leurs fruits, de nombreux patients sont encore surpris lorsqu’ils sortent de chez leur médecin sans une prescription d’antibiotiques. Il y a pourtant une excellente raison à cela. Les antibiotiques sont des substances actives qui vont agir sur les bactéries en bloquant leur développement et leur prolifération. Ils sont inefficaces sur la plupart des virus.

Attention toutefois, de nombreuses infections mêlent bactéries et virus, notamment certaines infections virales respiratoires. Il est donc fréquent que l’on prescrive un antibiotique, même dans le cas d’une grippe par exemple, pour éviter sur une surinfection bactérienne si le risque de complications existe.

A lire aussi :

⋙ Semmelweis, le “génie” incompris qui précéda Pasteur

⋙ Le premier vaccin pour insectes pourrait aider à sauver les abeilles

⋙ Des bactéries pour renforcer les digues

Source: Lire L’Article Complet