Les pires manettes de l'histoire du jeu vidéo

Ces manettes absolument affreuses étaient à la fois extrêmement peu maniables et particulièrement horribles à utiliser. On peut même considérer qu’elles ont joué un gros rôle dans l’échec de la console à laquelle elles étaient liées. 

La manette, c’est sans aucun doute un des trucs les plus importants pour permettre à une console de devenir populaire : c’est ce que l’on va utiliser le plus. C’est pour cette raison que beaucoup de joueurs regardent notamment la Gamecube avec nostalgie : pour eux, il s’agit de la meilleure manette de l’histoire et leur aura offert pas mal de bonnes sensations de jeux. Idem pour la manette de Xbox 360, qui a su marquer pas mal de joueurs. Et, plus récemment, Sony a pu se démarquer sur le marché de la next-gen grâce à sa Dualsense et ses contrôles haptiques. Le problème, c’est que si la manette est vraiment horrible, qu’il s’agisse de confort de prise en main ou de ses fonctionnalités, alors il y a des chances pour que la console en souffre vraiment beaucoup. Et les exemples sont nombreux.

Le U-Force

Jette un oeil à ce truc, et dis-toi bien que c’est une création de Nintendo. Comme quoi, on peut à la fois être précurseur et proposer des choses absolument horribles comme le U-Force. Il s’agissait d’une manette pour NES qui proposait une maniabilité beaucoup trop compliquée pour des mouvements simples, comme sauter ou attaquer dans Punch-Out!!!. Ceux qui l’ont essayé l’assurent : on est sur une des pires manettes de l’histoire.

Le Sega Activator

Le Sega Activator était une incroyable idée pour permettre au joueur de se bouger un peu chez lui lorsqu’il joue. Une idée qui semblait incongrue à l’époque, mais beaucoup plus populaire aujourd’hui. La raison de l’échec du Sega Activator, c’est plutôt sa maniabilité affreuse et son manque de réactivité à l’activation. Quand même dommage pour un truc qui s’appelle “l’Activator”.

La manette de la Philips CD-i

La Philips CD-i est une des pires consoles de l’histoire, et l’une des raisons principales de cet échec, c’est probablement sa manette. Non seulement le design était affreux (ça ressemble à une télécommande pour un lecteur DVD pourri de l’époque), mais en plus la croix directionnelle était très difficile à manœuvrer.

La manette de l’Atari Jaguar

Atari a eu le don de proposer des consoles et des manettes plutôt ratées au cours des années 80, et en entrant dans les années 90, l’Atari Jaguar est l’occasion de faire table rase du passé. Mais voilà, sa manette est énorme, et demande aux joueurs de prendre une position très inconfortable pour jouer. Dommage…

Kinect

C’est sans aucun doute le plus gros échec de l’histoire de Microsoft : le Kinect ne marchait pas. Enfin, soyons précis : il marchait, mais pas bien du tout. Parfois, il ne reconnaissait même pas le joueur juste en face de lui. Sans compter les jeux horribles proposés avec le Kinect… Rapidement, il aura fallu l’oublier.

La manette d’Atari 5200

Suffit de mater à quoi cette manette ressemble pour comprendre pourquoi il s’agit d’une des pires de l’histoire. On est sur un mélange chelou entre un gros téléphone et un talkie walkie avec un joy-stick collé tout en haut. Autant dire qu’en terme de confort d’utilisation, il faudra repasser. Et forcément, la console fut un gros échec.

Power Glove

Autant dire que ça a de la gueule. D’ailleurs, en 1989, c’était LE truc à choper quand on avait un Nintendo NES. Mais voilà, si l’idée est assez folle, il faut bien avouer que dans l’exécution, le Power Glove ne marchait pas très bien, et sa maniabilité était particulièrement affreuse. Sans compter qu’il n’était pas dispo pour les gauchers !

Source: Lire L’Article Complet