Le paradisier superbe, l'oiseau au plumage le plus noir au monde

ÉTRANGES CRÉATURES. Chaque semaine, GEO vous propose de partir à la découverte d’une espèce aux capacités étranges, insolites ou extraordinaires. Pour ce sixième épisode, focus sur le paradisier superbe, un splendide oiseau dont le plumage est tellement sombre qu’il rivalise avec le matériau le plus noir au monde.

Nom : Paradisier superbe (Lophorina superba)

Localisation : Nouvelle-Guinée

Signe particulier : Arbore un plumage sombre, très sombre. Tellement sombre qu’il rivalise avec le matériau le plus noir au monde qui absorbe plus de 99% de la lumière visible.

Jaune, rouge, bleu, vert ou les quatre à la fois. A travers le monde, certains oiseaux donnent à voir de véritables festivals de couleurs. Des teintes chatoyantes que les volatiles peuvent utiliser pour s’identifier ou séduire. Mais toutes les espèces n’arborent par un plumage aussi bariolé. Certaines préfèrent opter pour le sombre.

C’est évidemment le cas de certains corvidés tels que le corbeau ou la corneille noire. Mais c’est aussi le cas d’oiseaux plus méconnus et pourtant fascinants : les oiseaux de paradis ou paradisiers. Il existe une quarante d’espèces au sein de cette famille rencontrée dans le Sud-est asiatique, notamment en Nouvelle-Guinée.

Le paradisier superbe (Lophorina superba) est l’une d’entre elles. Et l’oiseau sait de quoi il parle en matière de plumage sombre. Excepté une couronne et un plastron verts, les mâles de cette espèce arborent un corps et des ailes entièrement noires. Tellement noires qu’elles font même figure de record dans le règne animal.

Jusqu’à 99,95% d’absorption

Pour comprendre la particularité du paradisier superbe, il faut plonger au coeur même des mécanismes responsables des couleurs des oiseaux. Comme chez les papillons par exemple, les teintes sont principalement dues à la présence de pigments ou de minuscules structures localisés dans les plumes ou la peau.

C’est en interagissant avec la lumière que ces pigments et structures vont donner naissance aux différentes nuances. La lumière visible est en effet constituée d’une infinité de couleurs, scientifiquement appelées “longueurs d’onde”. Lorsque les structures vont recevoir la lumière, ils vont la décomposer et agir différemment en fonction des longueurs d’onde.

Ils vont en absorber certaines et en réfléchir ou diffracter d’autres. Les couleurs perçues vont ainsi directement dépendre des longueurs d’onde absorbées, renvoyées ou diffractées. Dans le cas du cardinal rouge par exemple, le pigment absorbe toutes les teintes excepté le rouge qu’il renvoie. D’où la couleur de l’oiseau.

Revenons maintenant au paradisier superbe. Le noir apparait lorsque toutes les longueurs d’onde sont absorbées. Pour cette espèce, l’absorption atteint toutefois un niveau exceptionnel. En 2018, des chercheurs ont publié une étude sur le plumage de L. superba et quatre autres espèces de paradisiers ultra-noirs.

En analysant les nanostructures de leur plumage, ils ont constaté que ces dernières parvenaient à absorber jusqu’à 99.95% de la lumière visible. Selon les comparaisons réalisées, les plumes super noires piégeaient entre 10 et 100 fois plus la lumière captée que celles des oiseaux simplement noirs.

Avec une telle propriété, le plumage du paradisier superbe parvient à rivaliser avec le Vantablack, le matériau le plus noir au monde développé par des chercheurs britanniques qui peut absorber jusqu’à 99,965% de la lumière visible.

De l’art de séduire ces dames

Avoir des plumes super-noires c’est bien beau mais à quoi à sert ? Difficile de le déterminer mais les scientifiques ont quelques pistes. Pas de camouflage ici. Les hypothèses évoquent plutôt le pouvoir de séduction de L. superba et des autres paradisiers qui n’y vont pas de main (aile) morte en la matière.

Les oiseaux sont connus pour avoir une parade nuptiale des plus spectaculaires. A la vue d’une femelle, le mâle se dresse, étend ses ailes et se lance dans une danse complexe consistant notamment à osciller de droite à gauche et agiter la tête. La démonstration parfaite pour laisser sa prétendante admirer ses attributs et juger son potentiel.

https://www.instagram.com/p/BhfnFqOncU7/

View this post on Instagram

De manière fascinante, les chercheurs ont constaté que les paradisiers possèdent bien des plumes normalement noires. Mais celles-ci, localisées sur son dos, ne sont pas utilisées et sont même volontairement masquées dans les ballets nuptiaux. Une observation qui semble appuyer le rôle séducteur de ces atouts plus noirs que noirs.

Les scientifiques pensent qu’ils pourraient permettre de renforcer la brillance des parties colorées des oiseaux. Une sorte d’illusion d’optique que l’on peut effectivement constater dans les vidéos montrant des parades nuptiales où le bouclier pectoral et les autres patchs vifs sont les seuls à ressortir dans ces masses sombres virevoltantes.

La stratégie semble en tout cas fonctionner auprès de ces dames. Elles ont montré une nette préférence pour les plumages les plus noirs et les danses les plus réussies, deux indicateurs d’un partenaire en bonne santé pour leur future progéniture.

A lire aussi :

⋙ Le wombat ou le mystère des cacas cubiques

⋙ Chez cette araignée, le mâle ligote sa partenaire pour éviter d’être dévoré

⋙ Le cacatoès noir, cet oiseau qui fait des percussions pour séduire ses partenaires

⋙ Lézard ou feuille ? Ce “gecko satanique” est passé maître dans l’art du camouflage

⋙ Ce rat africain peut tuer ses ennemis grâce à sa fourrure empoisonnée

Source: Lire L’Article Complet