Cancer : ce simple médicament pourrait réduire la mortalité de 20%

Un antidouleur en vente libre, que l’on utilise fréquemment, pourrait aider à la prise en charge de certains cancers, selon une récente étude britannique. Voici de quel médicament il s’agit, et en quoi il peut être utile pour les patients.

Restez informée

Un médicament, que nous avons bien souvent dans notre armoire à pharmacie, pourrait jouer un rôle dans la prévention de certains cancers, assure une récente étude menée par des chercheurs britanniques.

Cancer : un anti-inflammatoire fréquemment utilisé, intéressant pour la prise en charge des patients

Les travaux, publiés dans la revue scientifique en ligne Ecancermedicalscience, et relayés par le Dailymail, révèlent que l’aspirine (commercialisée en France sous les noms Aspirine UPSA, Kardegic ou encore Aspégic), pourrait réduire de 20% le risque de décès lié à des cancers.

Le taux de mortalité pourrait être réduit chez les patients atteints d’un cancer du sein, d’un cancer du côlon, ou encore d’un cancer de la prostate, en prenant de l’aspirine, expliquent les auteurs de cette nouvelle étude.

Pour en arriver à cette conclusion, Peter C. Elwood, de l’Université Cardiff (Royaume-Uni), et son équipe, ont analysé de près 118 études sur l’aspirine et 18 cancers. Ils ont ainsi pu mettre en évidence l’effet positif d’une prise d’aspirine dans la prévention notamment de trois cancers identifiés (cancer du côlon, cancer de la prostate et cancer du sein).

“Sur environ 250 000 patients, la prise d’aspirine a été associée à une réduction d’environ 20 % des décès par cancer, par rapport à ceux qui ne prenaient pas le médicament.”, précisent-ils.

L’aspirine, un complément aux thérapies pour traiter le cancer

Cet antalgique et anti-inflammatoire, en vente libre, fréquemment utilisé dans la prise en charge de douleurs d’intensité faible à modérée, limiterait la “propagation métastatique, c’est-à-dire la propagation du cancer dans l’organisme”, d’après les spécialistes, qui y voient un complément intéressant pour la prise en charge des patients.

Ces derniers précisent que l’aspirine n’est en aucun cas une alternative aux thérapies qui existent déjà pour traiter le cancer, mais que cet anti-inflammatoire peut aider à réduire la propagation des cellules cancéreuses, réduisant ainsi les risques de décès du malade.

Enfin, des recherches complémentaires sont nécessaires pour confirmer ces résultats, mais les scientifiques estiment que “le bénéfice ne semble pas être limité à un ou quelques cancers. (…) Les patients atteints de cancer, ainsi que leurs soignants, ont le droit d’être informés des preuves disponibles.”

En 2015, des recherches menées par une équipe de scientifiques aux Pays-Bas avaient déjà révélé l’intérêt de l’aspirine dans la prise en charge du cancer.

“Sur 14.000 patients atteints de cancer, 75 % prenant une dose quotidienne d’aspirine étaient encore en vie 5 ans après le diagnostic. Alors que le taux de survie des personnes ne prenant pas d’aspirine n’était que de 42 %.” rappelle le Dailymail qui cite ces travaux.

Sources :

Aspirin and cancer survival : a systematic review and meta-analyses of 118 observational studies of aspirin and 18 cancers, ecancermedicalscience, juillet 2021.

Post Diagnosis Aspirin Improves Survival In All Gastrointestinal Cancers, Leiden University Medical Center Study, 2015.

Source: Lire L’Article Complet