VIDEO – Gabriel Attal au coeur d’une polémique, il se défend

A propos de


  1. Gabriel Attal

Gabriel Attal a accordé une interview au magazine Valeurs Actuelles, dans le numéro paru ce mercredi 26 mai, et cela fait polémique. Et pour cause, un dossier, dont la une se fait l’écho, est consacré au “délire transgenre“. Gênant alors que le porte-parole du gouvernement est ouvertement homosexuel. Le compagnon de Stéphane Séjourné était l’invité de Salhia Brakhlia et Marc Fauvelle sur franceinfo ce 28 mai, l’occasion de revenir sur cette polémique qui fait couler beaucoup d’encre.

Evidemment que je suis heurté quand un journal qui parle de délire transgenre,” fait savoir Gabriel Attal aux deux journalistes. Et de regretter les possibles “discriminations supplémentaires” que pourraient subir les “personnes trans ou LGBT“. Toutefois, l’ami de Joyce Jonathan ne regrette pas cet entretien. “Quand vous donnez une interview à un journal (…), évidemment on ne vous soumet pas les articles qui seront publiés,” confie-t-il. De de conclure : “Oui, j’assume d’avoir donné une interview à Valeurs Actuelles. Je suis porte-parole du gouvernement, j’assume de répondre aux demandes d’interview qui me sont faites et de parler à tout le monde.

Elisabeth Moreno s’indigne

Cette une fait enrager d’autres membres du gouvernement à l’instar d’Elisabeth Moreno. La ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances a qualifié cette couverture de “méprisable“. “Ce n’est pas la première fois, mais on ne s’y habitue jamais,” s’est désolée celle qui a récemment dénoncé le sexisme. Et de continuer : “S’il faut la chérir, la liberté d’expression n’autorise pas toutes les horreurs. Le mot “valeurs” est ici vidé de toute sa substance. La transphobie est une réalité qui tue.

"Une" méprisable de Valeurs Actuelles.

Ce n'est pas la première fois, mais on ne s'y habitue jamais.

S'il faut la chérir, la liberté d'expression n'autorise pas toutes les horreurs.

Le mot "valeurs" est ici vidé de toute sa substance.

La transphobie est une réalité qui tue. pic.twitter.com/zhJvpy8Gh6

Crédits photos : Capture écran : franceinfo

Autour de

Source: Lire L’Article Complet