« Une des périodes les plus dures de ma vie » : Teddy Riner se confie sans filtre

Dans un entretien à Paris-Match, ce mercredi 21 juillet, Teddy Riner est revenu sur l’une des épreuves les plus difficiles de sa carrière. Blessé au genou dans le plus grand secret, le champion de judo a dû se mettre au repos forcé pendant deux mois.

Il a marché sur l’eau pendant dix ans et 154 victoires consécutives. Puis est venue la défaite, au tournoi de Paris, en février 2019. Le point de départ d’une succession d’épreuves dont Teddy Riner aurait pu ne pas se remettre. Dans un entretien accordé à Paris-Match, ce mercredi 21 juillet, le champion de judo s’est confié sur ces derniers mois compliqués, marqués par une vilaine blessure, “l’une des périodes les plus dures de [sa] vie”. Héro d’un documentaire diffusé ce jeudi 22 juillet sur France 2, Teddy “Winner” vise désormais une troisième médaille d’or historique dans la catégorie des plus de 100 kilos, un record pour l’une des gloires du sport tricolore.

Retour en arrière. Teddy Riner s’est blessé en mars dernier, dans le plus grand secret. Personne ne devait savoir que le colosse aux 139 kg se soignait pour une rupture du ligament extérieur. Comme il l’a raconté à Paris-Match, le champion olympique était en stage au Maroc, en plein entraînement, quand le genou a craqué. Il lui a fallu trois semaines de repos total et deux mois sans remonter sur un tatami. A cinq mois des Jeux olympiques de Tokyo, la punition est très rude pour le judoka de 32 ans. “J’ai porté une attelle, suivi la rééducation à la lettre… Il était hors de question que je renonce aux Jeux”, a-t-il assuré à l’hebdomadaire.

Une troisième médaille d’or, un record

La blessure de Teddy Riner ne serait pas étrangère à cette première défaite, après dix ans d’invincibilité. En réaction, le champion vaincu s’était séparé de la moitié de son staff, avant de prendre de plein fouet la crise sanitaire et le report des JO. Un contexte intenable à l’approche des Jeux au Japon, pays du judo. Cela dit, le confinement a été bénéfique pour le père d’Eden (7 ans) et Isis (2 ans). “On n’a jamais passé autant de temps ensemble que ces derniers mois. Eden est très demandeur, c’est essentiel pour lui d’être avec son papa”, a expliqué sa compagne, Luthna Plocus, auprès du Parisien.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Thierry Breton / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet