Stéphane Plaza évoque ce grave accident qui lui a coûté l'usage de ses jambes, et aurait pu bouleverser sa vie à jamais

Toujours tout sourire et blagueur, Stéphane Plaza a pourtant bien failli voir sa vie basculer par le passé.

Derrière une joie de vivre se cache souvent un drame. Vous ne le verrez jamais tirer la tronche ! Et pour cause, s’il est toujours le premier à avoir LA bonne idée, le premier à faire des blagues ou encore à motiver les autres, Stéphane Plaza a aussi eu des moments difficiles dans sa vie qui lui ont appris à être différent.

Avant de devenir animateur, en 1998 l’agent immobilier d’M6 a été victime d’un terrible accident domestique dont il a encore quelques séquelles aujourd’hui. Invité au micro d’Europe 1 face à Anne Roumanoff, Stéphane Plaza a alors évoqué cette chute de plusieurs mètres qui a bien failli lui faire perdre l’usage de ses deux jambes, “je me suis pété les jambes“.

Alors qu’il aurait pu passer le restant de sa vie en fauteuil roulant “On m’a dit que j’aurais du mal à marcher. On m’appelait le comte de Peyrac”, l’animateur de Maisons à vendre s’en est sorti. C’est après de nombreux séjours à l’hôpital que Stéphane Plaza a commencé à voir la différence, et a finalement pouvoir reprendre certaines de ses activités quotidiennes. S’il en garde aujourd’hui encore quelques traces bien cachées, Après huit opérations, je boite un peu. Mais ça ne se voit pas quand je suis bien chaud”, Stéphane Plaza voit désormais la vie autrement et sait qu’il faut profiter au jour le jour, “Je pense qu’il faut être épicurien, parce que tout peut s’arrêter du jour au lendemain”.

Reconnaissant envers son destin, l’animateur ne compte plus gâcher une seule minute, ni retirer son sourire de son visage “C’est comme ça que je le vis. Donc, quand je me lève, je suis plutôt de bonne humeur et je me dis que ça peut être le dernier jour. Alors attention, je ne suis pas pessimiste ! Mais je veux croquer la vie et en profiter. C’est important pour moi.” Une belle leçon de vie.

À voir aussi :

La rédaction

Source: Lire L’Article Complet