Sarah Ferguson mise en concurrence avec Diana : elle en a beaucoup souffert

Dans les années 80, Sarah Ferguson partage l’affiche avec Lady Diana. Les deux épouses d’Andrew et de Charles sont régulièrement mises en concurrence par les tabloïds. Une situation très difficile à vivre pour la duchesse d’York.

Lorsque Sarah Ferguson a fait irruption sur la scène médiatique en 1985, les tabloïds se sont empressés de la prendre pour cible. Surnommée “Fergie”, celle qui était en couple avec le prince Andrew a très vite été moquée, notamment pour son poids. Son physique, son style, ses manières, tout en elle est alors comparé à Lady Diana, qui était également fraîchement entrée dans la famille royale britannique en épousant quelques années plus tôt le prince Charles. Cette dernière était toujours présentée comme plus belle, plus élégante, plus glamour.

“Dans les années 80, il y avait Diana qui était belle, et il y avait Fergie, grosse et mal fagotée” s’est souvenue avec douleur Sarah Ferguson dans People, se remémorant comment elles avaient été mises en concurrence, et combien elle en avait souffert. “Nous étions juste là pour que les gens gagnent beaucoup d’argent. À l’époque, nous n’en avions pas conscience toutes les deux” a-t-elle expliqué.

Sarah Ferguson et Lady Diana, aussi rivales que complices

Les deux femmes vivent mal cette surmédiatisation. “Diana et moi avions toutes deux nos propres problèmes de santé mentale, et elle et moi avions l’habitude de parler”, se souvient la duchesse d’York. Cette dernière s’est alors remémorée cette discussion qu’elle avait eue avec la princesse des coeurs et qui restera à jamais gravée dans sa mémoire. “Elle disait : ‘Fergie, souviens-toi d’une chose : quand tu es sur un piédestal, il est très facile d’en tomber. Et toi, tu es en bas. Tu ne peux que grimper’. Nous étions positionnées tels le saint et le pêcheur. Et la chose la plus importante était de rester robuste ensemble, et nous l’avons fait, peu importe ce que quelqu’un a écrit,” a-t-elle tenu à préciser.

Sarah Ferguson et Lady Diana, deux soeurs complices, meilleures amies et ennemies à la fois, qui avaient néanmoins connu un fort différend en 1996, quand Sarah Ferguson avait publié son autobiographie. Lorsque je vivais à Clapham, Diana m’aidait en me donnant toutes ses chaussures (et, malheureusement aussi, ses verrues plantaires). Nous avions la même pointure […]” confiait la mère de Beatrice et Eugenie avec humour. Une plaisanterie, un affront que Lady Diana n’avait pas digéré, ni pardonné, jusqu’à sa mort tragique en 1997.

Crédits photos : ALPHA AGENCY / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet