Patrick Juvet accro aux sites de rencontre : « C’était une fuite »

Paris Match révèle, ce jeudi 8 avril, que Patrick Juvet, décédé il y a un peu plus d’une semaine, était addict aux sites de rencontre, qui lui permettaient d’enchaîner les aventures intimes.

A propos de


  1. Patrick Juvet

Patrick Juvet a quitté ce monde le 1er avril dernier, à l’âge de 70 ans. Le chanteur compositeur a rendu son dernier souffle dans son appartement de Barcelone, mort de cause naturelle. Ce jeudi 8 avril, Paris Match retrace la vie de celui que l’on surnommait l’icône du disco et qui “avait le cœur fragile, abîmé par une consommation excessive d’alcool“, comme l’a expliqué son ami Michel Dami. Expatriée en Espagne depuis plus de vingt ans, la star jouissait d’un anonymat quasiment total. Le chanteur appréciait également de vivre la nuit et de traîner sur les sites de rencontre.

Malheureusement pour lui, la crise sanitaire liée au Covid-19 aura énormément joué sur son moral, durant sa fin de vie. “Assagi, casanier, il regardait en boucle les infos et la météo”, ont précisé nos confrères, en soulignant que “ces derniers mois, il écoutait les maquettes de DJ intéressés par ses morceaux”. Retrouvant un peu de motivation et d’inspiration, Patrick Juvet avait repris la composition et le piano, dans l’objectif de sortir un nouvel album. Alors qu’il avait l’habitude de “draguer dans les boîtes de nuit”, il s’est logiquement tourné vers internet pour faire connaissance avec d’éventuels futurs partenaires. Décrit comme étant “accro aux sites de rencontres”, l’interprète des titres Où sont les femmes ou encore I Love America “se cachait derrière un pseudonyme”, mais il n’hésitait pas à dévoiler une vraie photo de lui sur son profil. Avec humour et sur ce dernier, Patrick Juvet affirmait avoir 105 ans.

Un bisexuel hypersensible et romantique

Grâce à son inscription sur ces sites, la star des années 80 enchaînait “des aventures, intenses et brèves”. Nicoletta, qui était très proche de lui, a estimé que “la nuit, Barcelone, tout ça, c’était une fuite” pour lui. Son ami Vincent Fournier pour sa part a expliqué qu’il “était dans cet état à cause de deux obsessions : la solitude et l’amour“. Un avis visiblement partagé par l’interprète de la chanson Il est mort le soleil, qui considérait Patrick Juvet comme un homme “hypersensible, romantique, bisexuel”, qui “avait cette dualité en lui”.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : LIONEL URMAN / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet