Mort de François Debré : pourquoi il ne s’est pas pardonné la mort de sa femme

François Debré, décédé ce 14 septembre, a vécu avec un poids sur ses épaules, celui de la mort de sa femme, en 1988. Il lui avait fait découvrir l’opium, elle était devenue une consommatrice régulière.

François Debré est décédé ce lundi 14 septembre à l’âge de 78 ans, quelques heures seulement après son frère Bernard Debré. Le journaliste, qui a écrit de nombreux livres, a eu deux enfants (Constance et Ondine) avec Maylis Ybarnegaray, décédée en 1988. Dans les colonnes de Libération, en 1998, il avait d’ailleurs confié qu’il se s’était pas pardonné la mort de sa femme, et pour cause il estimait qu’il n’aurait jamais dû lui faire découvrir l’opium, qui a conduit à son décès.

En 1988, alors que Maylis Ybarnegaray perd la vie, François Debré n’a plus goût à rien. Le journal évoque même une “déglingue sidérale” qui lui vaut d’être placer à la demande de sa famille à Saint-Anne. “On ne guérit jamais. Il y a une détresse que ni les psychiatres, ni la justice, ni les proches ne peuvent régler,” confiait-il à Libération. Et de revenir sur la douleur, la “culpabilité qui lui poinçonne le ventre“.

Une sanction” de la vie

François Debré regrettait d’avoir fait découvrir l’opium à sa femme et se sentait coupable de sa mort. “Celui qui commet un péché, soit il hait la règle qu’il transgresse, soit il se hait lui-même,” racontait-il en 1998. Et de préciser : “Elle n’était pas accro, mais elle y allait gaiement.” Si “gaiement” que Maylis Ybarnegaray meurt des suites d’une rupture d’anévrisme à seulement 46 ans. “Sa mort, je l’ai vécue comme une sanction“, avait-il déclaré, fataliste. Toute sa vie, François Debré a regretté, refait le film… mais n’a jamais pu se pardonner d’avoir perdu la femme de sa vie.

Galerie: Ces stars qui ont menti sur leur âge (StarsInsider)


Source: Lire L’Article Complet