Mick Schumacher : à défaut d’en dire plus sur son célèbre père, il assure sa relève et s’offre sa 1ère course en F1

Le jeune pilote allemand Mick Schumacher va disputer le Grand Prix de Formule 1 de Bahreïn, dimanche 28 mars : c’est sa première grande course, sous les couleurs de Haas, pour le fils du célèbre pilote Michael Schumacher, immobilisé depuis 2013 après un grave accident de ski.

A propos de

  1. Michael Schumacher

  2. Mick Schumacher

Mick Schumacher se prépare à marcher dans les pas de son père, l’un des plus célèbres pilotes de Formule 1. Mick Schumacher, fils de Michael Schumacher, s’apprête en effet à disputer son premier grand prix de F1, dimanche 28 mars, celui de Bahreïn. Recruté par l’écurie Haas, Mick Schumacher a la pression pour veut se monter à la hauteur de l’héritage de son père, figure historique de Ferrari, qui a remporté sept titres mondiaux en trois décennies. L’enjeu est important, mais il en faut plus pour effrayer le jeune pilote allemand issu de la Ferrari Driver Academy.

« Je l’ai déjà dit à de multiples reprises » a-t-il insisté dans une interview accordée à L’Équipe le 4 mars. Il l’assure, il ne vit pas le fait de porter le nom Schumacher« comme une pression » : « Je suis heureux et fier de porter ce nom et je veux travailler au mieux pour le représenter le plus dignement possible. » Mick Schumacher a d’ailleurs décidé de rendre un bel hommage à son père, immobilisé depuis 2013 après un grave accident de ski. Les initiales qui le représenteront lors de ses courses à venir seront les mêmes que celles de son père : les trois lettres MSC. Le symbole a également ému le pilote finlandais Kimi Räikkönen, qui a parcouru de nombreux circuits contre Michael Schumacher.

It’s quite emotional for me to see MSC on the timing screen again. It‘s a special bond I have to it, and I hope it’s nice for everybody to see it there. 🙏 pic.twitter.com/QcdQVKtkdj

« Je n’ai jamais eu envie de faire autre chose »

Avoir un père septuple champion du monde lui a insufflé la passion du sport automobile. Mick Schumacher s’est bien essayé à d’autres sports, comme le hockey ou le football, mais c’est ainsi, c’est un pilote dans l’âme. « Je suis monté dans un kart à pédales à deux ans et demi », expliquait-il le 24 février au journal italien La Stampa. Depuis, « il n’y a jamais rien eu qui m’ait donné le même sentiment que la course, et je n’ai jamais eu envie de faire autre chose », résumait-t-il. Alors, il a travaillé avec acharnement, et s’est professionnalisé dès l’âge de douze ans. « Une décision que j’ai prise avec mon père », précise-t-il.

https://www.instagram.com/p/CM5FtYMpYs5/

A post shared by Mick Schumacher (@mickschumacher)

Le jeune pilote allemand a beaucoup appris de son père, notamment la constance et la rigueur nécessaires à une carrière ponctuée de succès. Dès que l’écurie Haas a confirmé sa sélection, « j’ai potassé pour apprendre les voitures et les procédures », dit-il à L’Équipe. « J’ai eu la chance de rouler fin 2020 sur la Haas, et, franchement, ça aide », concède-t-il. En contact régulier avec les ingénieurs, il se sent prêt à être « compétitif » sur le circuit.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Motorsport Images / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet