Manuel Cabit (FC METZ) : Grièvement blessé, il ne sent plus ses jambes

Victime d’un grave accident de voiture le 3 novembre 2019, alors qu’il circulait sur l’autoroute A4 avec son coéquipier du FC Metz Kévin N’Doram, Manuel Cabit est loin d’être sorti d’affaire. Le jeune footballeur originaire de Martinique a dû être réopéré et il ne sent toujours pas ses jambes.

Le Parisien révèle que Manuel Cabitva bientôt devenir père” dans son édition du 6 novembre 2019. Malheureusement, cette heureuse nouvelle est entachée par un accident terrible survenu dans l’après-midi du dimanche 3 novembre.

Au lendemain du match opposant son équipe du FC Metz à Montpellier, Manuel Cabit a été victime d’un grave accident de la route alors qu’il se trouvait en voiture avec l’un de ses coéquipiers, mais également son frère. Kévin N’Doram a soudainement perdu le contrôle du véhicule qu’il conduisait sur l’autoroute A4 reliant Paris à Reims, au niveau de Thillois, dans la Marne. Si le footballeur de 23 ans est miraculeusement sorti indemne de l’accident, Manuel Cabit n’a pas eu autant de chance.

Hospitalisé en urgence au CHU de Reims, Manuel Cabit “ne sent toujours pas ses jambes“, a indiqué l’un de ses proches au Parisien. Le Messin de 26 ans originaire de Martinique a dû être opéré une seconde fois comme l’a rapporté L’Équipe, après une intervention du rachis lombaire. Conscient à l’hôpital, Manuel Cabit a pu répondre à certains des messages de soutien qui lui ont été adressés. Deux émoticônes ont été publiées sur son compte Twitter le 4 novembre.

Il m’a dit qu’il était très touché de voir qu’autant de gens pensaient à lui. Je regrette de ne pas avoir pris de ses nouvelles plus tôt, c’est un super garçon“, a réagi Rachid Youcef, entraîneur d’Aubervilliers, où a joué Manuel Cabit il y a plusieurs années. “En Martinique, toute la famille prie beaucoup pour lui. Je sais qu’il va se remettre, c’est son destin“, a commenté son cousin, Cédric Maximin.

Selon les derniers éléments, Kévin N’Doram n’était pas sous l’emprise d’alcool ou de produits stupéfiants lorsqu’il conduisait, comme l’ont révélé les contrôles effectués après l’accident. Mais le Messin roulait à une vitesse excessive lorsqu’il a perdu le contrôle de sa voiture, entre 180 et 200 km/h. Depuis le drame, il est sous le choc.

Source: Lire L’Article Complet