Le vaccinologue Cecil Czerkinsky insiste : « Lors d’une pandémie, il faut prendre des risques »

La campagne de vaccination pour la troisième dose débutera le 1er septembre. Dans une interview accordée au JDD ce dimanche 29 août, le vaccinologue Cecil Czerkinsky assure que cette nouvelle injection contre le Covid-19 représente un risque “très limité” chez les personnes vulnérables.

La campagne de vaccination pour la troisième injection contre le coronavirus est imminente. À partir du 13 septembre, les résidents des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) pourront recevoir leur dose de rappel, comme l’a précisé Matignon ce jeudi 26 août. Quant aux personnes de plus de 65 ans et celles présentant des comorbidités, elles pourront prendre rendez-vous à partir du 1er septembre, a annoncé le Premier ministre Jean Castex sur RTL, ce mardi 24 août, suivant les recommandations de la Haute Autorité de santé. Alors que le débat autour de cette troisième dose fait débat, le vaccinologue Cecil Czerkinsky se veut rassurant, dans les colonnes du JDD en kiosque ce dimanche 29 août.

Selon le directeur de recherche Inserm à l’université de Nice-Sophia-Antipolis, un schéma à trois doses permettrait d’obtenir une immunité plus durable. “Vu la situation épidémique, il n’y a pas de raison d’hésiter !”, lance-t-il avant de poursuivre : “La nécessité d’un rappel est d’autant plus pertinente que l’urgence a aussi conduit à réduire au minimum l’intervalle entre les deux injections. Or la réponse immunitaire est meilleure quand on les espace davantage. L’intervalle retenu de trois à quatre semaines pour les vaccins à ARN est très empirique. Cela plaide pour une troisième dose qui viendrait booster l’immunité.” Par ailleurs, le scientifique estime que “lors d’une pandémie, il faut prendre des risques. Et celui d’une troisième dose est très limité chez les sujets à risque !”

“On est dans un flou artistique”

Les professionnels de santé sont divisés sur le sujet. Pour Martin Blachier, le gouvernement se précipite, à tort, vers cette troisième injection contre le Covid-19 : “On est dans un flou artistique (…) Je trouve qu’on va très vite vers cette troisième dose, sans avoir la preuve irréfutable que cela soit strictement nécessaire”, a-t-il déclaré, invité sur LCI ce jeudi 26 août. Un avis que partage Catherine Hill, interrogée par L’Express le jeudi 12 août : “Ça ne me paraît pas une priorité.”

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Capture BFMTV

Autour de

Source: Lire L’Article Complet