Le saviez-vous ? Nicolas Sarkozy a confié son chien en pension à la fin de son mandat

Lorsque Nicolas Sarkozy a quitté l’Elysée, l’ancien chef de l’État a dû se séparer de sa femelle labrador, une chienne baptisée Clara, confiée à un couple qui perçoit une pension en échange. L’histoire raconte que la chienne aurait causé 6 600 euros de restauration du mobilier national…

L’Élysée entretient une longue histoire avec les chiens adoptés par les présidents. Alors qu’Emmanuel Macron est l’heureux adoptant de Némo, un jeune labrador noir, Nicolas Sarkozy a également entretenu une relation privilégiée avec un compagnon à poils. Baptisée Clara, anagramme de Carla, cette femelle labrador couleur sable a fait le bonheur du couple présidentiel. “Quand Clara est arrivée, on en a tout de suite été fous”, expliquait Carla Bruni, l’ancienne Première dame, au détour d’une interview à Femme Actuelle, qui rappelait que la chienne s’entendait “merveilleusement bien” avec l’autre chien du couple, un chihuahua nommé Dumbledore.

La cohabitation n’aura duré qu’un temps : à leur départ de l’Élysée, le couple a dû s’en séparer car la villa Montmorency, où vivent Nicolas Sarkozy et Carla-Bruni dans le XVIe arrondissement de la capitale, devenait “un poil” trop encombrée. En effet, avec déjà deux chiens et deux chats, leur demeure affichait complet. Malgré leur amour pour le toutou, l’ancien locataire du Palais présidentiel a confié la garde de l’animal à un couple, à qui il verse une pension. Une manière de conserver un lien, à distance, avec son ancienne amie. “Ils sont gentils, vraiment c’est un bonheur, confiait pourtant l’ancien chef d’État au sujet de ses animaux de compagnie. Dumbledore est fou d’amour pour sa grande copine (Clara). Heureusement, il n’a pas encore compris comment on fait des bébés.”

Des chiens friands de mobilier national

Si les chiens du couple ont fait leur bonheur, ils ont marqué les esprits pour une autre raison. Aussi mignons soient-ils, Dumbledore et Carla ont fait parler d’eux pour avoir saccagé le Salon d’Argent de l’Élysée, en mâchouillant les accoudoirs des meubles à bec-de-cygne dorés à l’or blanc de l’ébéniste Jacob-Desmalter. Coût des réparations : 6 600 euros ! Pour autant, François Lubrina, le vétérinaire et fournisseur de chiens de l’Élysée, n’en “démord” pas : “Clara était extrêmement douce”.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Source: Lire L’Article Complet