Le prince Charles positif au coronavirus : a-t-il bénéficié d'un passe-droit pour être testé ?

Mercredi 25 mars, le prince Charles a été testé positif au coronavirus. Alors qu’il ne présentait que des symptômes bénins, le futur roi a quand même eu droit d’accéder au dépistage. Ce qui entraîne une question : a-t-il bénéficié d’un traitement de faveur ? Le ministre de la Santé britannique répond.

Forte inquiétude pour la famille royale. Cette fois, cela n’a rien à voir avec Meghan Markle et le prince Harry. Depuis le mercredi 25 mars, une chape de plomb est tombée sur la monarchie britannique : le Prince Charles a été testé positif au coronavirus. “Il présente des symptômes bénins mais est en bonne santé et a travaillé comme d’habitude à domicile ces derniers jours. La duchesse de Cornouailles a également été testée mais n’a pas le virus. Conformément aux conseils du gouvernement et des médecins, le prince et la duchesse s’auto-isolent désormais chez eux en Écosse, apprenait-on alors par voie de communiqué.

Depuis, les nouvelles arrivent au compte. Si son épouse, Camila Parker-Bowles s’avoue “préoccupée pour lui”, le futur roi reste dans un état d’esprit positif. Il se dit également “très touché” par les milliers de messages, sur les réseaux sociaux, lui souhaitant un prompt rétablissement. Mais plusieurs questions restent en suspens. D’abord, qui a contaminé le prince Charles ? Si certains ont accusé le prince Albert, le monarque monégasque s’en est défendu.

Des symptômes “suffisamment importants”

En Grande-Bretagne, une autre question est sur certaines lèvres : alors que les tests ne sont pas généralisés, le prince Charles a-t-il bénéficié d’un traitement de faveur pour être dépisté ? Interrogé à ce sujet par Sky News, la réponse du ministre de la Santé britannique, Edward Argar, a été claire. Il a assuré que le couple royal n’avait bénéficié d’aucun passe-droit, mais simplement que les symptômes étaient “suffisamment importants pour qu’il puisse bénéficier du test”, comme le relève Télé-Loisirs. Comme le soulignait également Libération, le prince Charles a été testé dans un hôpital public, ce qui se voulait être une preuve de l’absence de traitement de faveur. A la télévision britannique, Edward Argar a ensuite enfoncé le clou et voulu désamorcer tout début de polémique : “Je ne vais pas entrer dans plus de détails sur son Altesse Royale, sauf que je suis sûr que tout le monde lui souhaite un bon rétablissement. Au moins un point sur lequel chacun tombera d’accord.

Source: Lire L’Article Complet