Emmanuel Macron : les drôles de confidences de son ancien professeur

Dans son livre Deux jeunesses françaises, paru le 20 janvier 2021 chez Grasset, Hervé Algalarrondo rapproche les destins d’Emmanuel Macron et Edouard Louis… et révèle de nombreuses anecdotes, collectant notamment les confessions d’un ancien professeur du Président.

  • Emmanuel Macron
  • Brigitte Macron

Que peuvent bien avoir en commun le Président Emmanuel Macron et l’écrivain Edouard Louis ? A première vue, pas grand chose, mais les similitudes entre les deux hommes, âgés de 43 et de 28 ans, sont pourtant nombreuses. En rapprochant leurs Deux jeunesses françaises en Picardie (entre Amiens et le Vimeu) à quelques années d’écart, Hervé Algalarrondo évoque un destin commun : “s’arracher à leur ville, à leurs enfances, à leurs familles” pour “fuir vers la Capitale” et, enfin, “accomplir leur destin personnel et se faire un nom.” Pour son livre, Deux jeunesses françaises, paru le 20 janvier 2021 chez Grasset, le journaliste, qui a longtemps travaillé pour l’Obs, a sillonné la Picardie, qu’il connaît bien, retrouvé les anciens professeurs d’Emmanuel et Edouard, mais aussi “les très proches ou anciens amis”, pour enfin découvrir “les histoires méconnues et les rêves de nos jeunes Rastignac.” Et les confessions des anciens professeurs du chef de l’Etat actuel sont pour le moins savoureuses.

“Ma petite encyclopédie” : le surnom donné à Emmanuel Macron par son ancien professeur

“Après son très léger décalage dans l’apprentissage de la lecture, Emmanuel va exceller au contraire durant toute sa scolarité picarde”, écrit Hervé Algalarrondo. “À cela une raison essentielle […] Il a, lui, une préceptrice particulière en permanence à disposition, Manette [sa grand-mère chérie, ndlr.], encore et toujours […] Alain Brard ‘a eu la chance’, c’est ainsi qu’il le formule quelque trente ans plus tard, d’avoir Emmanuel comme élève à l’école primaire de la rue Delpech et il s’en souvient fort bien […] Alain Brard aimait poser des colles aux élèves, qui devaient trouver les réponses chez eux : ‘En revenant, il les avait toutes, toujours. Il disait, j’ai fait ça avec ma grand-mère. Le bain de culture, c’était elle.’ Alain Brard appelait Emmanuel ‘ma petite encyclopédie’ : ‘Il lisait beaucoup, apportait des livres en classe, tout l’intéressait. Sa culture était nettement supérieure à la moyenne. En français, il était excellent, les textes qu’il écrivait étaient très riches.’” Sa seule faiblesse ? Les mathématiques. Si l’on peut toutefois parler de “faiblesse”… puisque le futur Président ramenait tout de même des 18/20 dans cette matière à la maison.

“En 20 ans, c’est le meilleur élève que j’ai eu”

Malgré son niveau, Emmanuel Macron n’a cependant jamais sauté de classe. Son ancien professeur Alain Brard explique : “À l’époque, les instituteurs n’y étaient pas très favorables. Et puis, Emmanuel est né tout à fait à la fin de l’année, il aurait presque eu deux ans d’avance.” L’instituteur ajoute : “En vingt ans à Delpech, c’est le meilleur élève que j’ai eu, celui qui m’a le plus marqué. Après son passage, quand il y avait un très bon élément, on se disait entre collègues, il est fort, mais pas autant qu’Emmanuel […] Il ne roulait pas des mécaniques, comme certains cracks. C’était un bon gamin, frisé, pas très grand, qui ne supportait pas que ses copains de classe ne réussissent pas comme lui. Il demandait, qu’est-ce qu’on pourrait faire pour que les autres comprennent mieux ?” Alain Brard conclut : “Ça ne m’a pas étonné qu’il devienne Président. Et je n’ai pas été surpris davantage par sa relation avec Brigitte. Après les cours, il avait toujours une question à poser, il discutait presque d’égal à égal avec moi. Mais avec respect.”

A lire aussi : Photos – Brigitte Macron : ce vieux réflexe de professeure qui ne la quitte pas

Source: Lire L’Article Complet