Emmanuel Macron comparé à Adolf Hitler : le Président porte plainte

Emmanuel Macron a mandaté un cabinet d’avocats parisiens pour déposer plainte contre l’afficheur Michel-Ange Flori, à l’origine d’une affiche dans laquelle il est représenté en Adolf Hitler, nous apprend France Bleu Provence.

  • Emmanuel Macron

Michel-Ange Flori sera bientôt sous le coup d’une plainte d’Emmanuel Macron. Comme nous l’apprend France Bleu Provence le mercredi 28 juillet 2021, le chef d’Etat a mandaté un cabinet d’avocats parisien pour déposer plainte contre l’afficheur controversé. Celui-ci a orné des panneaux publicitaires de La Seyne-sur-Mer et Toulon d’affiches le représentant en Adolf Hitler -uniforme nazi et petite moustache -, sur lesquelles on peut lire : Obéis, fais-toi vacciner. Au-dessus de cette inscription, le logo de LREM a été transformé pour ressembler à une croix gammée. Les riverains ont pu observer cette affiche, installée le week-end précédant cet acte du président de la République, pendant plusieurs jours. “J’ai saisi la sûreté départementale du commissariat de Toulon dans le cadre d’une enquête préliminaire“, a déclaré à l’AFP, reprise par 20 Minutes, le procureur​ de Toulon, Bernard Marchal.

Une “référence aux dérives des mesures annoncées par l’exécutif

À ce dernier média, Michel-Ange Flori a expliqué sa démarche : “J’utilise deux de mes 350 panneaux d’affichages, un à l’entrée de Toulon et un en direction de la Seyne-sur-Mer, que je change tous les 15 jours. Celui-ci fait référence aux dérives des mesures annoncées par l’exécutif, puis démenties le lendemain, puis aménagées le surlendemain. J’ai l’impression qu’on rêve avec toutes ces mesures ostentatoires aux libertés dont ils se servent comme des enfants dans une boîte à outils.” Il est attendu au commissariat de police le jeudi 29 juillet 2021.

Déjà condamné en 2019

D’après son avocat, Me Didier Hollet, il honorera ce rendez-vous. “Ça n’est jamais plaisant d’être convoqué par la police, on n’est jamais tranquilles. Cette affiche, c’est excessif et c’est le principe de la caricature. Mais ça n’est pas injurieux“, a expliqué le magistrat à propos de l’œuvre, sur laquelle le mot “honte” a été griffonné. “Je ne fais que de comparer les éléments de langage, avec un parallèle sur l’holocauste. Je me sers de ce qu’il s’est passé dans l’Histoire“, s’est justifié le Varois de soixante ans, déjà condamné en 2019 pour des affiches sur lesquelles on pouvait lire : “La police vous parle tous les jours sur BFMTV.

Les intellectuels macronistes ne supportent pas que je me gausse de leur idole.
Ils ont courageusement tagué l’affiche du mot Honte et s’en sont pris au texte .
Ils méconnaissent l’œuvre de Charlie Chaplin (le dictateur) qui pour conspuer la bête immonde en avait pris les traits. pic.twitter.com/NCLMQ8kyJv

Source: Lire L’Article Complet