Chevaux mutilés dans l’Yonne : un homme de 50 ans placé en garde à vue

Depuis plusieurs mois, en France, des propriétaires d’équidés retrouvent leurs animaux gravement mutilés voire tués. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes et un portrait-robot a été diffusé. Selon les informations du Parisien, un homme de 50 ans a été interpellé lundi 7 septembre 2020 dans le Haut-Rhin.

Restez informée

Les enquêteurs auraient-ils enfin une piste ? Depuis deux ans, plusieurs chevaux, poneys et ânes ont été retrouvés violemment mutilés aux quatre coins de la France. Certains ont même succombé à leurs blessures. Résultat : les propriétaires d’équidés s’inquiètent davantage chaque jour et craignent pour la vie et la santé de leurs animaux. Les plaintes ont augmenté depuis le début de l’année 2020 et particulièrement cet été. Mais ces agressions non revendiquées auraient commencé en 2018. Le mode opératoire est presque toujours similaire : les animaux sont estropiés, un œil est arraché, et une oreille, souvent la droite, est coupée. Dans les cas les plus graves, ils sont égorgés, poignardés au cœur, et certaines femelles ont eu leur vagin retiré. De nombreux éleveurs affirment dans les médias qu’il ne peut que s’agir de fin connaisseurs d’équidés.

L’homme de 50 ans suspecté “depuis un bon moment”

Mardi 25 août 2020, un appel à témoins a été lancé par le parquet de Lons-le-Saunier (Jura) et plusieurs enquêtes pour actes de cruauté ont été ouvertes dans tout le pays. La dernière attaque de ce genre a été recensée dans la nuit du 24 août, dans l’Yonne, à Villefranche-Saint-Phal. Les enquêteurs ont finalement réussi à réaliser un portrait-robot des suspects et jeudi 27 août, la gendarmerie de l’Yonne a publié une image 3D sur son compte Facebook. La journée du lundi 7 septembre laisse désormais entrevoir une lueur d’espoir pour les propriétaires d’équidés. Selon les informations du Parisien, un homme de 50 ans a en effet été interpellé le matin même dans le Haut-Rhin par les gendarmes de la section de recherches de Dijon (Côte-d’Or), comme l’a confirmé le parquet de Sens.

“A ce stade, difficile en revanche de savoir si l’homme interpellé ce lundi matin est bien le suspect décrit” par le portrait-robot, ajoute Le Parisien. Mais, selon une source proche de l’enquête, des soupçons se portaient sur cet homme “depuis un bon moment” et “il convient surtout de lever les doutes sur son éventuelle implication.” Si l’homme est “étranger au monde équestre”, il est toutefois déjà connu de la justice pour des affaires de stupéfiants et sera entendu dans l’après-midi à la gendarmerie, qui a créé une cellule d’enquête dédiée pour tenter de lutter contre ces attaques. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie sont attendus dans l’Oise “pour rencontrer une éleveuse d’un cheval victime de sévices.”

A lire aussi : Chevaux mutilés et tués en série : un appel à témoin a été lancé

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet