Brigitte Macron : son rôle de Première dame impacté par la pandémie

Brigitte Macron visitera le centre hospitalier de Calais ce vendredi 12 février. Gestes barrières obligent en ces temps d’épidémie de Covid-19, cet événement se fera dans des conditions particulières.

A propos de

  1. Brigitte Macron

Depuis le début de la crise sanitaire du coronavirus, Brigitte Macron doit adapter ses activités liées à son statut de Première dame. Ce vendredi 12 février, l’épouse d’Emmanuel Macron se rendra au centre hospitalier de Calais. Une visite qui aurait dû se dérouler initialement ce mardi 9 février, comme le précise La Voix du Nord. Si le calendrier de la présidente de la Fondation Hôpitaux de France est quelque peu perturbé, les conditions de cet événement restent inchangées. En raison de l’épidémie de Covid-19, c’est une visite virtuelle qu’effectuera l’ancienne professeure de français, avec une tablette ou un smartphone. Une logistique à laquelle elle s’est habituée, évitant au maximum les déplacements. “Chacune de ses visites entraîne une dizaine de personnes minimum, c’est plutôt déconseillé actuellement en milieu hospitalier”, précise l’agence de communication de l’hôpital Jean-Éric-Techer à Calais. À cette occasion, elle assistera à la présentation de l’hôpital de jour pour les adolescents souffrant de troubles psychologiques et psychiatriques. Une structure en partie financée par la fondation dont elle tient les rênes, depuis qu’elle a succédé à Bernadette Chirac.

Si de nombreux Français traversent une période difficile liée à la propagation du virus, Brigitte Macron n’échappe pas à la règle. En janvier dernier, quelques semaines après avoir été testée positive au Covid-19 pendant les fêtes, elle s’était confiée sur cette période éprouvante, auprès de nos confrères de Midi Libre : “Mon rôle d’épouse du Président me prend beaucoup moins de temps. Je ne fais presque plus de déplacements officiels. Je peux donc consacrer tout mon agenda aux causes que je porte.” Des déclarations plutôt positives, mais nuancées par les révélations de son entourage : “Le confinement lui pèse, on le sait, on la connaît, assure son entourage. Ne pas sortir, ne pas voir les gens… C’est dur mais elle ne se plaint jamais. Son obsession absolue, c’est d’être utile.”

“Les anniversaires sur Skype, c’est vraiment tristounet”

En mai dernier, pendant le premier confinement, Brigitte Macron s’est pleinement consacrée à la Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France, comme le racontait Paris Match relayé par Le Point. Par téléphone, en visioconférence ou par mail, elle a tout fait pour soutenir les structures et les équipes soignantes sous tension. En l’espace d’un mois et demi, 30 millions d’euros avaient déjà été récoltés par l’institution, puis reversés à une cinquantaine d’établissements. Aussi, 30 000 tablettes avaient été distribuées à 3 000 Ehpad de France. Côté vie privée, elle retrouvait ses proches par WhatsApp ou en Face Time, après ses journées de travail, regrettant de ne pas pouvoir célébrer les anniversaires des membres de sa famille – ainsi que le sien – comme il se doit : “Les anniversaires sur Skype, c’est vraiment tristounet.”

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : JB Autissier / Panoramic / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet