Antonio Banderas raconte comment sans l’intervention de sa compagne, il serait mort d’une crise cardiaque

En janvier 2017, Antonio Banderas a été victime d’une crise cardiaque. Rapidement pris en charge et opéré par les secours, il a eu la vie sauve en grande partie grâce à sa compagne, Nicole Kimpel.

Le 26 janvier 2017, le comédien a été victime d’une crise cardiaque. Il a été opéré en urgence et vit depuis avec trois stents. Mais sa vie il la doit autant à sa compagne Nicole Kimpel qu’aux chirurgiens. Elle a en effet retardé l’infarctus qui aurait pu le tuer. C’est en tout cas ce qu’a expliqué Antonio Banderas durant l’enregistrement duJimmy Kimmel Live ! ” La nuit qui a précédé mon pépin, ma petite amie a eu un énorme mal de crâne, et on avait rien à la maison, donc elle est sortie pour se trouver un anti-douleur, elle n’a trouvé que de l’aspirine mais dosée au max, quelque chose comme 5 milligrammes le cachet, a-t-il raconté. Le lendemain j’ai commencé à me sentir mal, et franchement j’ai compris ce qui était en train de se passer. Elle m’a mis un de ses cachets sur la langue et ça m’a sauvé la vieReconnaissant l’ex de Melanie Griffith indique : “J’ai reçu une deuxième chance, et j’ai donc fait quelques changements depuis“.

Du bonus pour le papa de Stella

L’acteur fétiche d’Almodovar qui ne boit pas a décidé d’arrêter également la cigarette.” Fumer c’est probablement la chose la plus stupide que j’aie jamais faite, a-t-il confié. Je crois que ma vie était tout simplement sur de mauvais rails “. Au Gardian, il affirme également être un convalescent discipliné : “Je fais beaucoup de sport, je prends les médicaments que les médecins me prescrivent.” L’acteur espagnol avoue savourer sa deuxième chance. ” J’ai eu du bol, une crise cardiaque ça peut vous tuer net, mais pour moi c’est l’une des meilleurs choses qui me soit arrivé. “, a-t-il ajouté. Le père de Stella 23 ans, explique que grâce au drame, il peut jouer désormais avec une intensité nouvelle : “Pour le dernier film avec Pedro Almodovar, j’ai créé un personnage que je n’aurais jamais pu faire exister avant. C’était très effrayant parce que je ne pouvais plus utiliser “mes trucs” habituels. C’est probablement le travail le plus passionnant que j’aie eu à faire et j’ai envisagé mon futur avec de nouveaux yeux.

Un futur qu’il rêve maintenant sur les planches. “Je suis tombé amoureux du théâtre, voir des acteurs sur la scène, un groupe de personnes racontant des histoires à un autre groupe de gens, a-t-il expliqué.J’adore ce rituel. Mais une chose n’a pas changé, Banderas reste un boulimique de travail : “Je pensais que j’allais moins travailler, mais j’ai décidé de ne pas le faire parce que ma vie me manquait et c’est tout.” Passionné il a choisi de ne pas transiger : Je ne veux pas vivre comme sij’étais déjà mort, je vais juste vivre, et si je meurs, je meurs”. Tiédir ou mourir Banderas a fait son choix.

Source: Lire L’Article Complet