Affaire Griveaux: les demandes d’annulation de garde à vue de Piotr Pavlenski et Alexandra de Taddeo rejetées

La chambre de l’instruction de Paris a rejeté les demandes d’annulation de garde à vue formulées par Piotr Pavlenski et Alexandra de Taddeo. Le couple affirmait que leur interpellation de février 2020 n’avait pas été menée de manière régulière.

  • Benjamin Griveaux

Il y a un an, presque jour pour jour, Alexandra de Taddeo et son compagnon, l’activiste russe Piotr Pavlenski avaient été placés en garde vue pour “atteinte à l’intimité de la vie privée” et “diffusion sans l’accord de la personne d’images à caractère sexuel”. Face aux enquêteurs, la jeune femme de 29 ans reconnaissait alors être la destinataire des vidéos intimes de Benjamin Griveaux dont la révélation au grand public a contraint le candidat à la mairie de Paris à retirer sa candidature. En janvier dernier, les avocats de l’artiste russe et de sa compagne juriste avaient demandé la nullité d’actes d’enquêtes liés à leur interpellation, estimant leur garde à vue irrégulière.

Piotr Pavlenski estime qu’il “a été privé de l’assistance d’un avocat qu’il avait librement choisi” lors de sa garde à vue. Il avait demandé à être défendu par Juan Branco mais le parquet de Paris a estimé qu’il y avait un “potentiel conflit d’intérêt”. Leurs avocats respectifs ont déploré la décision, le conseil juridique de Piotr Pavlenski affirmant se pourvoir en cassation. Pour Richard Malka, l’avocat de Benjamin Griveaux, en revanche, “cette décision prouve que l’agitation médiatique ne vaut pas raisonnement juridique. L’instruction va pouvoir se poursuivre pour identifier tous les auteurs du délit et des agissements nauséabonds dont Benjamin Griveaux a été victime”.

Le couple avait été interpellé le 15 février 2020, devant l’objectif d’un photographe de l’agence Bestimage, dirigée par Michèle Marchand, une proche du couple Macron. La publication par Paris Match des photos de l’arrestation avait conduit le parquet de Paris à ouvrir une enquête préliminaire distincte, quinze jours plus tard. L’enquête a été confiée à un juge qui a mis en examen deux policiers, en septembre dernier pour « violation du secret professionnel » et l’un des deux, soupçonné d’avoir falsifié un procès-verbal, également pour « faux en écriture publique ».

A lire aussi: Benjamin Griveaux : sa femme Julia Minkowski révèle comment ils ont surmonté l’affaire de la sextape et lui déclare son amour

Source: Lire L’Article Complet