Sophie Marceau : que devient son fils Vincent Zulawski ?

En 2018, Vincent Zulawski était hospitalisé pour des soucis psychiatriques, bouleversé par la mort de son père Andrzej Zulawski. À 25 ans, que deviens le fils de Sophie Marceau et du cinéaste polonais ?

A propos de

  1. Vincent Zulawski

  2. Sophie Marceau

  3. Andrzej Zulawski

Vincent Zulawski, 25 ans, est le fruit de la passion entretenue par Sophie Marceau avec le brillant cinéaste polonais Andrzej Zulawski, qui aura duré près de dix-sept ans. Hospitalisé en 2018 pour des soucis psychiatriques provoqués par la perte de son père Andrzej Zulawski, Vincent Zulawski, mannequin, comédien et réalisateur a donné de ses nouvelles au cours d’un long entretien avec le magazine polonais Viva Magazyn, à la fin du mois de novembre dernier. De son père, il dit avoir hérité de “la passion pour la vie”, de sa mère, “la sensibilité”.

À 25 ans, ce garçon engagé – il avait soutenu Bernie Sanders en 2016 – a fait une “dépression nerveuse” mais ne veut plus en parler du tout aujourd’hui. Il se concentre sur le travail. Le fils de Sophie Marceau et d’Andrzej Zulawski a publié un recueil de poèmes Le charlatan et autres poèmes, a réalisé le court-métrage Heurte, projeté au Festival du film d’Angoulême, et travaille sur son deuxième film. “Je préfère même être réalisateur que comédien. J’aime être avec des acteurs, leur dire comment agir”, confie celui qui a étudié l’art dans une prestigieuse école londonienne avant de s’installer en 2016 aux Etats-Unis.

https://www.instagram.com/p/CJyqgs5AENU/

A post shared by Vincent Bab Zulawski (@veryzoo)

https://www.instagram.com/p/CErRfiIgouv/

A post shared by Vincent Bab Zulawski (@veryzoo)

Après la séparation de ses parents en 2001, Vincent est resté vivre avec sa mère, mais faisait régulièrement des allers-retours en Pologne afin de passer le maximum de temps avec son père, et ce, jusqu’à la mort du réalisateur survenue en 2016. Aujourd’hui, ce comédien et réalisateur qui a rejoint l’agence Adequat dit avoir un peu “des impulsions” comme son père : “J’ai un cerveau analytique, j’aime contrôler et explorer les mystères de l’existence.” Celui qui a étudié la philosophie en Angleterre est également devenu passionné par le bouddhisme.

“Je faisais des choses stupides à l’époque”

Le fils du réalisateur de L’important c’est d’aimer et de Possession reconnaît n’avoir jamais été très fan de l’école, surtout lors de son passage en France. “Mes notes étaient médiocres. Je faisais généralement des choses stupides à l’époque, raconte Vincent Zulawski. Ma mère n’aimait pas non plus l’école, alors elle m’a compris en partie.” Il explique que c’est d’ailleurs sa mère qui voyant que cela ne lui convenait pas lui a proposé cette école d’art à Londres. Une époque qui laisse de “bons souvenirs” à son fils.

Bouddhisme et réincarnation

C’est à cette même époque que Vincent Zulawski s’est intéressé à la philosophie et au bouddhisme. Il aime cette notion de réincarnation après la mort. Un sujet qu’il aborde très facilement. Quand on lui demande s’il a pensé à la mort, durant ces moments difficiles, il répond : “En fait non, j’étais trop jeune pour penser comme ça. D’ailleurs – avec la philosophie que je professe – l’homme n’en a pas peur. Parce qu’en fait il se rend compte qu’il ne meurt pas du tout, qu’il y a alors une réincarnation, qu’il revient comme une personne ou un animal différent.”

Un point commun avec son père, qui, non croyant, s’était pourtant intéressé au bouddhisme dans sa jeunesse. “Une fois, il m’a dit que quand il avait mon âge, il était dans la vingtaine, il s’intéressait aussi au bouddhisme, à l’hindouisme et qu’il comprenait mes intérêts”, confie le fils de l’actrice de La Boum. “Je l’aimais beaucoup”, ajoute Vincent Zulawski au sujet de son parternel avec lequel il se souvient regarder de nombreux films pendant l’été, lorsqu’il lui rendait visite à Varsovie.

https://www.instagram.com/p/B0wKOYBCBtt/

A post shared by Vincent Bab Zulawski (@veryzoo)

https://www.instagram.com/p/BYoRrzKjsd6/

A post shared by Vincent Bab Zulawski (@veryzoo)

Crédits photos : RACHID BELLAK / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet