Marine Le Pen raille Anne Hidalgo : « Est-elle déjà sortie de Paris ? »

Au micro de France Inter, Anne Hidalgo a estimé que l’horaire du couvre-feu n’était pas adapté pour un mode de vie parisien. Une déclaration que Marine Le Pen ne s’est pas privée de moquer.

A propos de

  1. Anne Hidalgo

  2. Marine Le Pen

Anne Hidalgo l’assure : le couvre-feu, fixé à 18 heures, n’est pas approprié au mode de vie parisien. La maire de Paris demande au gouvernement d’“adapter” l’horaire à la métropole francilienne, comme elle l’a affirmé au micro de France Inter, ce lundi 8 mars. “Quand on regarde les horaires dans notre grande métropole, on voit bien qu’à 18h ce n’est pas le moment où on a complètement fini sa journée de travail et beaucoup de gens ont des transports nombreux”, déclarait l’édile socialiste. Avant d’ajouter : “À 18h on est en milieu d’après-midi à Paris.” Il n’en fallait pas plus pour s’attirer les moqueries de Marine Le Pen.

Au lendemain de la déclaration d’Anne Hidalgo, Marine Le Pen n’a en effet pas manqué de réagir devant les caméras de LCI, ce mardi 9 mars, comme l’a relaté le journaliste politique Frédéric Delpech sur le réseau social Twitter. “Marine Le Pen se dit opposée au couvre-feu à 18h et se moque d’Anne Hidalgo”, a-t-il fait savoir. Avant de rapporter ses propos : “Est-elle déjà sortie de Paris ? 18 heures, c’est trop tôt pour tout le monde. Pas seulement à Paris.” En janvier dernier, la candidate officielle du Rassemblement national à l’élection présidentielle 2022 avait aussi critiqué l’horaire du couvre-feu à la suite de l’extension de la mesure sanitaire dans plusieurs départements français. “Fermer entre 18 heures et 20 heures, c’est jeter encore une fois des milliers, des dizaines de milliers voire des centaines de milliers d’entrepreneurs dans une situation qui est intenable”, s’était-elle exclamée au micro d’Europe 1.

#MarineLePen se dit opposée au couvre feu à 18h et se moque d'#AnneHidalgo :
"Est-elle déjà sortie de Paris ?
18 heures c'est trop tôt pour tout le monde. Pas seulement à Paris"#[email protected] @TF1LeJT

La solidarité féminine aux oubliettes

La solidarité féminine prime-t-elle en politique ? “Je pense que les Français sont prêts à élire une femme présidente.” Ces mots, ce sont ceux d’Anne Hidalgo que l’on peut retrouver dans la revue L’Hémicycle, parue en février dernier. Alors que la journaliste Léa Salamé recevait l’élue socialiste au micro de France Inter, ce lundi 8 mars, le sujet est rapidement venu sur la table. Cette déclaration laisse-t-elle sous-entendre sa propre candidature ? Ou imagine-t-elle tout simplement Marine Le Pen à la tête de l’État ? Un brin embarrassée, Anne Hidalgo n’a pas botté en touche : “Bien sûr que je pense à Marine Le Pen… Je ne vais pas dire qu’elle n’est pas une femme, mais… elle présente des caractéristiques d’une autre nature, elle est l’extrême droite.” Franchement étonnée, la compagne de Raphaël Glucksmann a affirmé que Marine Le Pen était bien “une femme…” Mais la maire de Paris, qui ne s’est pas officiellement lancée dans la course à l’Élysée, a d’ores et déjà prévenu : “Évidemment face à l’extrême droite, même incarnée par une femme, ma sororité ne serait vraiment pas au rendez-vous.

Article écrit avec la collaboration de l’agence 6Medias

Crédits photos : PATRICK BERNARD / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet