Ivanka Trump vaniteuse ? Quand son mari faisait parler de lui pour son comportement déplacé

Aujourd’hui au coeur de plusieurs affaires, Jared Kushner jouit d’une mauvaise réputation, qui aurait commencé dès ses années universitaires.

Après quatre années passées dans les allées de la Maison-Blanche, comme conseillère de son père, Ivanka Trump doit désormais commencer un nouveau chapitre sa vie. Fini les arcades du pouvoir, la fille de Donald Trump et son mari, Jared Kushner, haut conseiller pour son beau-père, devraient retourner vivre dans l’Upper East Side, à New York, avec leurs enfants. Pourtant, nombreux sont ceux qui ne veulent pas de la petite famille. En témoignent des affiches accrochées dans la Grosse Pomme, qui débectent la présence d’Ivanka Trump. Moquée pendant tout le mandat de son père, la femme d’affaires n’en finit plus de faire l’objet de critiques.

Celle que l’on accuse d’être vaniteuse n’est pas la seule à être détestée par une frange de la population. Son époux, qu’elle met volontiers en avant, est au coeur de nombreuses controverses, entre conflits d’intérêts, implication dans l’affaire de l’ingérence russe dans les élections américaines de 2016 et accusations d’avoir mal conseillé Donald Trump sur la gestion de l’épidémie de Covid-19. Et sa mauvaise réputation semble remonter à ses jeunes années, comme l’évoque le Madame Figaro. Le trentenaire, que beaucoup percevaient comme le gendre idéal, a longtemps été perçu comme un “golden boy”. Lorsqu’il était à Harvard, Jared Kushner avait pour habitude de faire des tours du campus avec son Range Rover, non “pas pour rigoler”, se souvient un ancien élève dans le New Yorker, “plutôt histoire de dire ‘je suis p***** de blindé'”.

Une entrée à Harvard subventionnée ?

Son entrée au sein de l’université de l’Ivy League pose d’ailleurs encore question. En effet, son admission à Harvard a coïncidé avec un don de 2,5 millions de dollars de la part de son père, Charles Kushner, au célèbre établissement. Pur hasard, ne cesseront de marteler ses proches. Des accusations de favoritisme qui ont également touché Ivanka Trump, lorsqu’elle a débuté une courte carrière de mannequin. Sans son père, elle serait au mieux une mannequin B qui essaierait de trouver du travail à Miami”, avait un jour déclaré un rédacteur en chef d’un magazine de mode se moquant de son talent. N’est pas talentueux qui veut.

Crédits photos : Imago / Panoramic / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet